Le CAC a poursuivi son décrochage avant l’Ukraine

La Bourse de Paris a clôturé de nouveau en baisse vendredi avant un week-end crucial pour le conflit ukrainien.

L'indice CAC 40 a lâché 0,80 % à 4 216,37 points, dans un volume d'échanges soutenu de 4,9 milliards d’euros. Le DAX a pris 0,43 % à 9 056,41 points alors que le FTSE 100 reculait de 0,40 % à 6 527,89 points.

Le conflit ukrainien a dominé les débats vendredi alors que se tenait ce week-end le référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie dont le résultat favorable à Vladimir Poutine ne fait guère de doute. Les occidentaux ont une nouvelle fois condamné la tenue d’un tel référendum le jugeant illégal et se sont dits prêt à prendre dès lundi des « mesures très sérieuses » en rétorsion.

Même si le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a assuré que le Kremlin n'avait pas le projet d'envahir le sud-est de l'Ukraine, les manœuvres de l’armée russe tout près de la frontière ukrainienne ont aussi pesé sur les investisseurs, la moindre étincelle, pouvant mettre le feu aux poudres.

Enfin, la réunion de la dernière chance entre Américains et Russes sur le dossier ukrainien n'a rien donné vendredi, les et les autres campant sur leurs positions.

Si les péripéties ukrainiennes sont restées au centre des préoccupations des investisseurs, la situation de l’économie chinoise inquiète de plus en plus les marchés. Après une salve d’indicateurs peu encourageants publiée la semaine dernière, les marchés ont aussi réagi vendredi aux propos du Premier ministre chinois qui a affirmé que de nouveaux défauts d'entreprises chinoises étaient à craindre dans les mois à venir. 

Outre-Atlantique, Wall Street a fini en zone négative vendredi bien qu’ayant résisté une partie de la séance. Le Dow Jones a abandonné 0,27% e à 16 065,67 points, le S&P 500 0,28% à 1 841,13 points et le Nasdaq, 0,35% à 4 245,40 points.

Des indicateurs décevants concernant l'économie américaine ont aussi pesé sur le moral des investisseurs. Les prix à la production en février ont reculé et le moral des ménages a baissé à la surprise des observateurs.

Du côté des valeurs françaises, le feuilleton des télécoms a pris fin, Vivendi ayant préféré l’offre de Numericable à celle de Bouygues Telecoms. De fait, Numericable s’est envolé de 11,74 % à 29,5 euros après avoir pris plus de 20% en séance. Bouygues a perdu 2,93% à 30,51 euros, Iliad 4,07% à 201,4 euros et Orange, 1,8% à 10,12 euros.

Rubis s’est replié de 0,47% à 50,68 euros. Le groupe a affiché un résultat net en hausse de 12 % et annoncé le relèvement du dividende à 1,95 euro.

Dassault Systemes a pris 0,53% à 83,56 euros après l'annonce du prolongement de la durée de son offre publique d'achat sur son concurrent américain Accelrys.

Stentys a perdu 4,72% à 10,5 euros. Si le chiffre d’affaires de la société a augmenté de 34 % par rapport à l’exercice précédent, cette dernière a aussi creusé les pertes de son résultat opérationnel et de son résultat net.

Enfin, Manutan a reculé de 1,21% 50,5 euros. Un des membres de la famille Guichard a démissionné en raison de "profonds désaccords" sur la gouvernance du groupe.

L’Euro a rebondi à 1,3915 dollar. L’or a de nouveau progressé, à 1 390,30 dollars l’once et le WTI, échéance mai 2014, 99,05 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.