Le CAC 40 reste prudent avant la FED

La Bourse de Paris évoluait en légère baisse jeudi matin, pénalisée par le recul de Wall Street la veille et le mauvais chiffre de la production industrielle en zone euro ce matin.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,15 % à 4 080,70 points, le DAX 0,68 % à 9 015,74 points et le Footsie, 0,93 % à 6 444,34 points.

Les investisseurs continuaient à prendre leurs bénéfices ce matin après l’accès de faiblesse de Wall Street hier, qui a vu le Dow Jones abandonner 0,81% et le Nasdaq 1,40%. La question relative au calendrier à venir de la politique monétaire de la FED reste au centre des préoccupations des investisseurs. Même si, ces derniers ont parfaitement intégré, que l’institut monétaire américain se dirigeait vers une réduction de ces rachats d’actifs sur les marchés, les doutes persistent quant au timing et surtout au montant du « tapering » c'est-à-dire de la réduction.

Mais ce matin, la baisse inattendue de la production industrielle en zone euro a surpris certains investisseurs, notamment à la bourse de Paris qui a vu le Cac 40 se replier en zone négative au moment de sa publication. La production s’est repliée de 1,1 % en octobre alors que le consensus avait anticipé une hausse de 0,3%. Concrètement, selon les économistes interrogés par Reuters, la reprise dans l’union monétaire du vieux continent a connu « un coup d’arrêt » et les perspectives restent et moroses avec un chômage record et une confiance des ménages et des entreprises, en berne.

Outre-Atlantique, les investisseurs surveilleront de prés les indicateurs concernant les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et des ventes au détail.

Parmi les valeurs, PSA Peugeot Citroën s’effondrait de 9,04 % à 10,46 euros alors que le groupe devrait faire face à une charge supplémentaire de 1,1 milliard d’euros en 2013 en raison des variations de change et de la crise du marché automobile. Le groupe a par ailleurs confirmé qu'il étudiait toujours un projet d'augmentation de capital et qu’il avait revu à la baisse ses possibilités de synergies avec General Motors.

EADS poursuivait sa progression après avoir pris la veille 7,48 % à 52,86 %, suite à l’annonce que le groupe se fixait comme objectif une croissance durable de son dividende, avec un taux de distribution compris entre 30 % et 40 % et une marge opérationnelle de 10%. Le titre prenait ce matin 0,53 % à 53,17 euros.

Edenred perdait 2,60 % à 24,56 euros après un abaissement de recommandation à "neutre", contre "acheter" auparavant, par Goldman Sachs.

Eurazeo s’adjugeait 1,87 % à 57,63 euros. La société a racheté hors marché 5,10% de son capital pour 181 millions d'euros. Ces actions rachetées seront annulées, a précisé le groupe.

Bolloré prenait 2,78 % à 397,77  euros. La ville de Londres a décidé de confier les bornes de recharges de ses voitures électriques au groupe industriel français.

Stallergènes perdait 1,65 % à 52,92 euros malgré un avis positif de l'autorité de santé américaine, pour l’approbation de son traitement vedette Oralair contre l'allergie aux pollens.

Enfin, Groupe Partouche reculait de 1,18 % à 0,84 euros après l’annonce d’une baisse de son chiffre d'affaires de 3,2% sur l'exercice décalé 2012-2013 clos fin octobre.

L’Euro restait quasi inchangé à 1,3788 Dollar. L’or reculait de nouveau à 1 239,17 dollars l’once alors que le Brent, échéance janvier 2014, se repliait légèrement à 109,47 dollars le baril.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,15 % à 4 080,70 points, le DAX 0,68 % à 9 015,74 points et le Footsie, 0,93 % à 6 444,34 points.

Les investisseurs continuaient à prendre leurs bénéfices ce matin après l’accès de faiblesse de Wall Street hier, qui a vu le Dow Jones abandonner 0,81% et le Nasdaq 1,40%. La question relative au calendrier à venir de la politique monétaire de la FED reste au centre des préoccupations des investisseurs. Même si, ces derniers ont parfaitement intégré, que l’institut monétaire américain se dirigeait vers une réduction de ces rachats d’actifs sur les marchés, les doutes persistent quant au timing et surtout au montant du « tapering » c'est-à-dire de la réduction.

Mais ce matin, la baisse inattendue de la production industrielle en zone euro a surpris certains investisseurs, notamment à la bourse de Paris qui a vu le Cac 40 se replier en zone négative au moment de sa publication. La production s’est repliée de 1,1 % en octobre alors que le consensus avait anticipé une hausse de 0,3%. Concrètement, selon les économistes interrogés par Reuters, la reprise dans l’union monétaire du vieux continent a connu « un coup d’arrêt » et les perspectives restent et moroses avec un chômage record et une confiance des ménages et des entreprises, en berne.

Outre-Atlantique, les investisseurs surveilleront de prés les indicateurs concernant les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et des ventes au détail.

Parmi les valeurs, PSA Peugeot Citroën s’effondrait de 9,04 % à 10,46 euros alors que le groupe devrait faire face à une charge supplémentaire de 1,1 milliard d’euros en 2013 en raison des variations de change et de la crise du marché automobile. Le groupe a par ailleurs confirmé qu'il étudiait toujours un projet d'augmentation de capital et qu’il avait revu à la baisse ses possibilités de synergies avec General Motors.

EADS poursuivait sa progression après avoir pris la veille 7,48 % à 52,86 %, suite à l’annonce que le groupe se fixait comme objectif une croissance durable de son dividende, avec un taux de distribution compris entre 30 % et 40 % et une marge opérationnelle de 10%. Le titre prenait ce matin 0,53 % à 53,17 euros.

Edenred perdait 2,60 % à 24,56 euros après un abaissement de recommandation à "neutre", contre "acheter" auparavant, par Goldman Sachs.

Eurazeo s’adjugeait 1,87 % à 57,63 euros. La société a racheté hors marché 5,10% de son capital pour 181 millions d'euros. Ces actions rachetées seront annulées, a précisé le groupe.

Bolloré prenait 2,78 % à 397,77  euros. La ville de Londres a décidé de confier les bornes de recharges de ses voitures électriques au groupe industriel français.

Stallergènes perdait 1,65 % à 52,92 euros malgré un avis positif de l'autorité de santé américaine, pour l’approbation de son traitement vedette Oralair contre l'allergie aux pollens.

Enfin, Groupe Partouche reculait de 1,18 % à 0,84 euros après l’annonce d’une baisse de son chiffre d'affaires de 3,2% sur l'exercice décalé 2012-2013 clos fin octobre.

L’Euro restait quasi inchangé à 1,3788 Dollar. L’or reculait de nouveau à 1 239,17 dollars l’once alors que le Brent, échéance janvier 2014, se repliait légèrement à 109,47 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.