Le CAC salue l’accord sur le budget américain

La Bourse de Paris rebondissait ce mercredi matin au lendemain du compromis sur le budget américain qui éloigne la perspective d'une nouvelle paralysie de l'administration dans une séance qui sera sevré d’indicateurs macroéconomiques importants.


A mi-séance, l'indice CAC 40 gagnait 0,61 % à 4 116,12 points, le DAX et le Footsie, 0,10% à respectivement 9 123,34 et 6 529,51 points.

Le compromis conclu hier sur le budget américain entre démocrates et républicains pour les deux années à venir semblaient rassurer les marchés ce matin.




Au mois d’octobre dernier, le défaut d’accord sur le budget avait provoqué la fermeture des services publics, le fameux « shutdown », pendant deux semaines provoquant une crise politique aigue aux Etats-Unis et relançant dans la foulée les interrogations sur la viabilité de la reprise économique aux Etats-Unis. 

Concrètement, les dépenses de santé et de retraite, qui augmente sans vote du Congrès, ne seront pratiquement pas modifiées par cet accord. Seules, les dépenses publiques qui couvrent les crédits courants aux ministères et agences fédérales seront plafonnées pour 2014 et 2015 à un niveau légèrement supérieur que ce qu’aurait donné les coupes budgétaires automatiques prévues en cas de non accord avant le 15 janvier. Du côté des impôts et taxes, seules quelques taxes comme celles sur les billets d’avions seront augmentées. Finalement, les cotisations et les retraites des fonctionnaires fédéraux qui devraient faire l’objet d’«ajustements» permettront aux différents budgets  d’être bouclés.

Pour de nombreux observateurs, l’accord, même s’il ne satisfait pleinement ni les démocrates ni les républicains, sera sans aucun doute signé par la chambre des représentants et par le sénat. Les deux camps, et plus particulièrement les républicains qui avaient déjà payé cher le psychodrame du début d’octobre dans les sondages, ayant compris qu’en cas d’échec , la note serait exorbitante pour de très nombreux « congress men » lors des prochaines élections.

Toutefois, si les marchés ont accueilli favorablement l’accord, son effet risque d’être limité tant le poids de la politique monétaire américaine pèse sur l’esprit des investisseurs et entrepreneurs. 
La prochaine réunion de la Fed, les 17 et 18 décembre, s'annonce déjà pour beaucoup d’analystes comme déterminante pour la future évolution des marchés. Dans ce contexte, la plupart des investisseurs devraient adopter sur une position, à minima, prudente alors que d’autres, ont déjà pris quelques précautions en réduisant leur exposition aux marchés.

Du côté des valeurs françaises, Sanofi prenait 1,33% à 73,78 euros après l'annonce que la FDA, avait décidé d'accélérer l'examen de sa demande d'autorisation pour son traitement de la maladie de Gaucher, le Cerdelga.

Air Liquide s’adjugeait 0,76 % à 98,30 euros. La société a annoncé de nouveaux objectifs pour la période 2011-2015, avec une croissance moyenne de son chiffre d'affaires de 5 à 7% par an, hors effets de change.

Vallourec reculait de 0,28% à 39,69 euros. Le groupe a conclu une augmentation de capital réservée à ses salariés pour un montant de 69,2 millions d'euros.

Publicis prenait 0,55% à 63,72 euros après l’annonce de la fusion entre Publicis Care et Saatchi & Saatchi Health.

Enfin, Maurel et Prom bondissait de 4,86% à 11,75 euros après un relèvement de recommandation à « acheter » contre « neutre » auparavant par les analystes de Goldman Sachs.

Dans la même veine, Alcatel-Lucent s’envolait de 3,60% à 3,399 euros après que sa recommandation eut été relevée par Citigroup à « achat » pour un objectif de cours à 5 euros.
L’Euro restait stable à 1,3765 Dollar. L’or se repliait à 1256,92 dollars l’once et le Brent, échéance janvier 2014, à 108,85 dollars le baril.

 

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.