Le CAC se replie sous les 4 300 points

La Bourse de Paris a clôturé en net recul mardi après avoir une nouvelle fois franchi les 4 300 points la veille, préférant prendre quelques bénéfices avant plusieurs rendez-vous importants en deuxième partie de semaine.

L'indice CAC 40 a perdu 1,12 % à 4 272,29 points dans un volume d'échange faible de 2,3 milliards d'euros, le DAX 0,35 % à 9 193,29 points et le Footsie, 0,38 % à 6 698,01 points.

Après une ouverture en recul, le CAC 40 s'est inscrit en baisse tout au long de la séance peu encouragé à inverser la tendance par une évolution en dents de scie de Wall Street durant la matinée.

Bien que les bourses américaines eurent battu leur plus haut annuel la veille, leur accès de faiblesse en fin de séance a pesé sur l'optimisme des investisseurs hier. Les propos de l'investisseur Carl Icahn avaient semé le doute parmi les investisseurs. Ce dernier estimant que les marchés auraient probablement du mal à maintenir de tels niveaux même avec l'aide de la politique monétaire ultra-accommodante de la FED.

Ensuite, les prévisions de l'OCDE sont venues rappeler aux investisseurs que la croissance économique mondiale s'affaiblissait. Le ralentissement de l'économie de plusieurs pays émergents se confirme et pèse sur la croissance globale alors que les économies avancées ne peuvent pas encore prendre le relais.

L'amélioration du moral des investisseurs allemands a peu pesé sur la tendance ce matin. L'indice ZEW qui mesure les attentes des investisseurs pour les six mois à venir en Allemagne a poursuivi sa progression pour atteindre un plus haut depuis 2009 mais toutefois, à un niveau légèrement inférieur aux consensus des analystes.

Dans ce contexte, les investisseurs ont préféré prendre quelques bénéfices avant une fin de semaine chargée en indicateurs importants dont les ventes de détails mercredi ainsi que le procès-verbal de la dernière réunion de la Fed, le PMI manufacturier allemand, le PPI et les revendications chômage américaines jeudi et, l'IFO allemand vendredi.

Outre-Atlantique, les investisseurs ont fait preuve de prudence alors que les marchés américains surfent sur leur plus haut historique. Le Dow Jones s'est effrité de 0,06 % à 15 967,03 points, le S&P 500 a reculé de 0,20 % à 1787,87 points et le NASDAQ, de 0,44 % à 3931,55 points.

Parmi les valeurs françaises, Renault a pris 1,15 % à 63,20 euros  après avoir vu ses ventes continuer de croître en octobre en Europe.

PSA Peugeot Citroën a abandonné 0,37 % à 10,93 euros. Les ventes du constructeur automobile se sont affichées en baisse de 0,7 % en zone euro.

Interparfums a perdu 2,66 % à 31,13 euros après avoir reculé de pratiquement 6 % en séance. Le groupe spécialisé dans la création et la commercialisation de parfums sous licence a relevé son objectif de croissance de 15 % en 2013 et dans la foulée, son chiffre d'affaires pour l'exercice en cours à 340-345 millions d'euros.

Veolia Environnement s'est replié de 0,64 % à 12,45 euros, en dépit de l'annonce par le président du Grand Lyon, Gérard Collomb, que le groupe était "pressenti" pour remporter le marché de la distribution d'eau du Grand Lyon.

ADP est resté inchangé à 80,04 euros. La société a déposé avec d'autres partenaires une offre pour la privatisation des aéroports brésiliens de Rio et Belo Horizonte.

Enfin, Bigben Interactive a pris 1,20 % à 7,61 euros malgré la chute de 64% de son résultat net à 1,8 million d'euros au premier semestre tout en confirmant cependant ses objectifs annuels.

L'Euro a progressé à 1,3538 $. L'or est resté inchangé à 1 275,81$ l'once et le WTI, échéance janvier 2013, a progressé à 93,88 dollars le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.