Le CAC prend quelques bénéfices à deux jours de la BCE

La Bourse de Paris rebondissait ce matin, toujours dans l'attente de la réunion de la BCE jeudi et des chiffres de l'emploi aux Etats-Unis qui devraient donner le « la » à la politique monétaire américaine.

À mi-séance, l'indice CAC 40 prenait 0,91 % à 4 292,23 points, le DAX 0,36 % à 9 041, 76 points et le Footsie, 0,11 % à 6 754,51 points.

Les investisseurs semblaient estimer ce matin que la BCE ne modifierait pas dans le pire des cas sa politique monétaire et que, malgré le consensus des analystes, et en vertu de la situation morose de l'économie en zone euro, une surprise était possible jeudi. Après les mauvais chiffres publiés la semaine dernière en zone euro, notamment en Allemagne, et la révision à la baisse des estimations de la Commission européenne pour l'année 2014, hier, Mario Draghi, bénéficiant de la faiblesse de l'inflation, pourrait être amener à donner un coup de pouce à la croissance européenne en abaissant le taux directeur de l'institut monétaire européen.

Toutefois, si les investisseurs sont repartis à l'assaut des 4 300 points ce matin, le modus operandi reste à la prudence, avant la conférence de presse de Mario Draghi jeudi et la publication des chiffres de l'emploi américain jeudi et vendredi.

Parmi les indicateurs publiés ce matin, les marchés ont préféré voir le verre à moitié plein que celui à moitié vide. Du côté positif, les divers PMI publiés ont affiché une progression de l'activité du secteur privé en zone euro et dans les principales économies de l'union monétaire à l'exception de l'Italie. Sur un plan hexagonal, l'activité dans le secteur privé français a augmenté pour le deuxième mois consécutif en octobre, à un rythme plus rapide qu'estimé dans un premier temps selon les chiffres définitifs de l'indice Markit des directeurs d'achats. Du côté négatif, les ventes au détail en zone euro se sont repliées plus que prévu en septembre, notamment en raison du recul du secteur alimentaire et celle du mois d'août ont été révisée à la baisse.

Parmi les valeurs françaises, Alstom bondissait de 4,04 % à 28,185 euros après l'annonce d'un plan de cession et la suppression prévue de 1 300 postes.

Lafarge prenait 1,10 % à 54,09 euros après avoir confirmé ses objectifs de rentabilité opérationnelle et de réduction de dette.

Cap Gémini évoluait autour de l'équilibre en très légère progression de 0,07 % à 47,24 euros après la dégradation de la recommandation de Société Générale de « achat » à « conserver », l'objectif de cours ayant été maintenu à 48 euros.

Alcatel-Lucent s'envolait de 5,20 % à 3,156 euros, poursuivant sa forte progression, le titre ayant pris plus de 33 % en 5 séances.

Vilmorin prenait 4,65 % à 89,71 euros après la publication d'une progression de 6% de son chiffre d'affaires sur le premier trimestre de son exercice décalé 2013/14 et la confirmation de ses objectifs annuels de croissance.

Euler Hermes s'effondrait de 5,42 % à 93,54 euros après avoir annoncé un résultat net sur neuf mois en baisse de 11%.

Bourbon perdait 2,81 % à 20,395 euros en dépit d'une hausse de 8,6% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre.

Hi-Média abandonnait 3,65 % à 1,85 euro après la publication d'un chiffre d'affaires en baisse de 3% au troisième trimestre dans un marché publicitaire toujours difficile dans l'ensemble des pays européens.

Enfin NRJ Group a perdu 1,09 % à 7,28 euros, les investisseurs semblant déçus par la faiblesse de la progression du chiffre d'affaires au troisième trimestre.

L'Euro rebondissait à 1,3518 $, l'or, à 1 318,18 $ l'once et le Brent, échéance décembre 2013, à 106,10 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.