Le CAC 40 rebondit

La Bourse de Paris a clôturé en hausse jeudi avec en toile de fond des nouvelles macroéconomiques contradictoires et des résultats d'entreprises mitigés.

L'indice CAC 40 a pris 0,35 % à 4 275,69 points dans un volume d'échange faible de 2,7 milliards d'euros, le DAX 0,68 % à 8980,63 points et le FTSE 100, 0,58 % à 6713,18 points.

Le marché parisien a ouvert la séance en hausse, soutenu plus tôt dans la matinée par une bonne nouvelle en provenance de Chine qui a vu le secteur manufacturier fortement progressé en octobre, grâce à une augmentation vigoureuse des nouvelles commandes.

Ensuite, la publication des indices PMI de l'Allemagne et de la zone euro ont quelque peu refroidi l'enthousiasme des investisseurs. Dans le détail, d'une part, même si l'activité privée a poursuivi sa progression en octobre, des signes de ralentissement sont apparus, confirmant le manque de solidité de la reprise en zone euro. Mais, d’autre part, c'est surtout le recul du PMI de l'Allemagne, locomotive de la zone euro, à son plus bas en trois mois, qui a pesé sur les investisseurs en matinée.

La publication dans la journée de résultats d'entreprises en moyenne légèrement supérieures au consensus et la bonne tenue de Wall Street ont finalement donné assez de leviers aux investisseurs pour que le marché parisien s'inscrive définitivement en hausse à la clôture.

Outre-Atlantique, la place new-yorkaise est restée insensible au repli moins important que prévu par le consensus, des nouvelles inscriptions au chômage pour la semaine du 19 octobre et à la première estimation de l'indice de l'activité manufacturière aux Etats-Unis pour octobre en retrait par rapport aux prévisions.

À contrario, les investisseurs américains ont accueilli avec enthousiasme, les résultats meilleurs que prévus et les prévisions optimistes de Ford. Le titre automobile a terminé en progression de 1,37 % à 17,76 dollars après avoir pris pas loin de 3 % en séance.

Sur le marché parisien, plusieurs grosses capitalisations, en autre, ont publié leurs résultats.

Essilor a perdu 3,14 % à 77,49 euros, après l'abaissement de sa prévision de ventes pour 2013.

Gemalto a chuté de 4 % à 81,82 euros, malgré des ventes en hausse de 10 % en glissement annuel mais inférieures au consensus.

Air Liquide a reculé de 1,75 % à 100,9 euros. La société a publié un chiffre d'affaires trimestriel moins bon qu'attendu.

Pernod Ricard s'est replié de 3,13% à 86,09 euros. Le groupe a revu ses prévisions de croissance en baisse pour l'exercice 2013-2014 en raison d'une conjoncture difficile dans les marchés émergents.

Suez Environnement a pris 2,97 % à 13,01 euros après avoir annoncé une rentabilité brute en hausse sur neuf mois.

Ipsos s'est adjugé 0,45 % à 30,98 euros malgré une baisse de 5 % de son chiffre d'affaires trimestriel et après avoir, toutefois, maintenu ses objectifs pour l'exercice en cours.

Dassault Systèmes a abandonné 1,43 % à 85,75 euros malgré un bénéfice net trimestriel en hausse.

BNP Paribas a rebondi de 2,25 % à 54,19 euros et Société Générale, de 1,71% à 41,40 euros après un relèvement de recommandation par Bank of America-Merrill Lynch. Dans la foulée, Crédit Agricole s'est adjugé 2,41 % à 9,12 euros.

Capgemini a chuté de 2,59 % à 46,89 euros après une note défavorable de la banque UBS.

Enfin, Rémy Cointreau a perdu 1,95 % à 72,4 euros en dépit du relèvement de sa note par Moody's, qui a sorti le titre de la catégorie spéculative.

L'Euro a progressé à 1,3801 $, l'or à 1 346,70 l'once alors que le WTI, échéance décembre 2013, est resté stable à 97,18 le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.