Le CAC 40 salue l’accord de Washington

Le CAC 40 a terminé en forte progression jeudi, soutenu par la perspective d’un accord sur le dossier du plafond de la dette américaine.

L'indice CAC 40 a progressé de 2,21% à 4218,11 points dans un volume d'échange plus étoffé de 3,5 milliards d'euros, le DAX de 1,99% à 8685,77 points et le FTSE 100, de 1,46% à 6430,49 points.

La bourse de Paris a ouvert en nette hausse et a progressé tout au long de la séance trouvant un second souffle dans l’ouverture et la bonne tenue de Wall Street en début de matinée américaine.

L’attente d’avancées sur le plafond de la dette par les investisseurs et les rumeurs qui ont circulé tout au long de la journée sur un accord de principe des républicains ont permis aux marchés de rebondir et ont été pleinement satisfaits avant la clôture. Le président républicain de la Chambre des représentants américaine, John Boehner, a annoncé jeudi à l'issue d'une réunion de groupe tenue à huis clos que les républicains voteraient un relèvement du plafond de la dette "temporaire" afin d'éviter un éventuel défaut de paiement des Etats-Unis et a invité les démocrates à se joindre à une négociation générale sur le budget et les dépenses publiques.

Les investisseurs européens avaient déjà été aussi rassurés par la publication hier des minutes de la dernière réunion du comité de politique monétaire et la nomination de Janet Yellen à la tête de la Reserve Fédérale. Même si la décision de maintenir ses rachats d’actifs au même niveau que précédemment a été prise à une courte majorité, les investisseurs ont retenu que pour un temps encore, l’orthodoxie monétaire de la banque centrale mise en place par Ben Bernanke ne changerait pas tant que la croissance économique ne serait pas plus dynamique notamment sur le plan de l’emploi.

Dans ce contexte, la forte hausse des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis pour la semaine close le 10 octobre a eu peu d’influence sur les investisseurs.

Wall Street s’est envolé, encouragé par l’espoir d’un accord budgétaire à Washington. Le Dow Jones a progressé de 2,18% à 15126,07 points, le S&P 500 de 2,18% à 1692,56 points et le Nasdaq, de 2,26% à 3760,75 points.

Parmi les valeurs françaises, les bancaires ont été très entourées. Société Générale a gagné 3,79% à 40,44 euros, BNP Paribas 3,67% à 53,39 euros et Crédit Agricole 3,18% à 8,97 euros.

Certaines valeurs du secteur automobile ont aussi affiché d’importantes progressions. Plastic Omnium s’est envolé de 8,02% à 19,13 euros. l'action Renault a pris 4,36% à 64,91 euros, Faurecia 5,12% à 22,465 euros et, Vallourec 4,41% à 44,865 euros.

CGG a terminé en hausse de 2,10%% à 15,83 euros après avoir annoncé que le taux d'utilisation effectif de ses navires a augmenté au troisième trimestre, atteignant un niveau historiquement élevé.

Arkema a clôturé en progression de 3,87% à 83,30 euros après un relèvement de recommandation par les analystes d'UBS.

Alcatel-Lucent a bondi de 8,02% à 2,79 euros sur des rachats à bon compte après sa forte baisse de la veille suite à la demande du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, à la direction de revoir le plan social annoncé.

Enfin, Remy Cointreau se repliait de 2,06% à 76,10 euros. L’absence de reprise en Chine et un effet change défavorable ont poussé le courtier Nomura à ramener son objectif de cours sur le titre de 82 à 76 euros.

L’Euro est resté stable à 1,3523 $. L’or est repassé sous la barre des 1300 $ à 1285,95 dollars l’once et le WTI, échéance novembre 2013, a rebondi à 102,95 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.