Bilan du mois de décembre 2016

Bilan du mois de décembre 2016

Du côté des indices boursiers internationaux

L'année 2016, qui avait débuté dans la crainte avec le décrochage des marchés chinois, a finalement été favorable dans son ensemble.

Bien que la victoire du Brexit, l'élection de Trump et le relèvement des taux aux États-Unis aient provoqué de ponctuels sursauts de volatilité, les investisseurs sont restés confiants grâce aux solides fondamentaux de l'économie américaine. La place financière de Wall Street s'est ainsi distinguée, avec de nouveaux plus hauts historiques pour le Dow Jones 30 (+13,4% en 2016), le S&P 500 (+9,5%) et le Nasdaq Composite (+7,5%).

En Europe, le FTSE 100 (+13,9%) britannique a tiré parti de la dépréciation de la livre sterling, variable favorable à l'économie grâce aux gains de compétitivité sur les exportations. À Paris, le CAC 40 a, quant à lui, progressé de +4,9%, repassant in extremis en territoire positif au terme d'un mois de décembre particulièrement positif (+6,2%). 

Bilan du mois de décembre 2016

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

En terme d'allocation, 2016 aura clairement été marqué par le retour des investisseurs sur les valeurs liées aux matières premières, qui avaient fortement souffert du contexte depuis l'été 2014. Au sein du secteur des ressources de bases (+61,9%), ArcelorMittal (+132,9%) et Eramet (+107%) ont ainsi vu leur capitalisation plus que doubler, tandis que dans l'énergie (+22,9%), Technip (+50%) et Total (+22,3%) affichaient d'honorables performances.

Si les performances des banques (-6,8%) à l'échelle européenne se sont avérées négatives, ce n'était toutefois pas le cas des valeurs françaises, comme en témoignent les parcours de BNP Paribas (+19,7%),Crédit Agricole (+15,7%) et Société Générale (+14%).

Même constat s'agissant du luxe, puisque Kering (+36,1%) et LVMH (+25,6%) figuraient parmi les plus fortes hausses du CAC 40.

À l'inverse, le tourisme (-11,1%) a souffert des attentats qui ont frappé Nice et Bruxelles, à l'instar de la compagnie aérienne Air France-KLM (-26,3%) et du groupe hôtelier Accor (-9,2%).

Les télécoms (-18,5%), la santé (-10,2%) et les services aux collectivités (-8,9%) ont également fait l'objet de dégagements à l'image de Veolia Environnement (-23,4%) et Engie (-20%). 

Bilan du mois de décembre 2016

Du côté des statistiques macroéconomiques

Outre Atlantique, l'activité économique s'est accélérée, ce qui devrait permettre au produit intérieur brut d'afficher une croissance proche de 3% en 2016. L'amélioration des indices ISM sur les derniers mois est d'ailleurs de bon augure pour début 2017. Tant le secteur manufacturier que le secteur des services devraient ainsi terminer 2016 sur leur meilleur niveau.

Bilan du mois de décembre 2016

La bonne santé de l'activité se fait également ressentir sur le marché du travail, puisque le taux de chômage a marqué un plus bas de neuf ans à 4,6%. Pour le mois de décembre, les économistes tablent en moyenne sur 175 000 créations, un chiffre proche de celui publié par le Département du Travail pour le mois de novembre.

Bilan du mois de décembre 2016

Au sein de la zone euro, l'activité économique devrait afficher une progression de l'ordre de +1,7% sur 2016. En France, le taux de croissance estimé devrait, quant à lui, avoisiner les +1,2%. Les perspectives pour 2017 ne sont pour l'heure guère plus favorables, mais le comportement des indices PMI sont plus encourageants, le rythme de croissance ayant retrouvé une dynamique au second semestre.

Bilan du mois de décembre 2016

Le taux de chômage a, lui aussi, poursuivi son déclin au sein de la zone euro, pour s'établir à 9,8% soit son plus faible niveau depuis 2009. Une tendance qui se confirme aussi en France, avec l'observation d'un troisième mois de recul consécutif du nombre de demandeurs d'emplois. Un facteur propice à l'amélioration du moral des ménages et donc de la consommation, comme le laisse entrevoir l'indice de confiance du consommateur calculé par la Commission européenne, qui a atteint en décembre (à -4,6 points) son meilleur niveau depuis le printemps 2015.

Bilan du mois de décembre 2016

Du côté des devises et des matières premières

Sur le forex, le cycle présidentiel aux États-Unis et la bonne santé de son économie ont profité au billet vert, ce dernier s'étant apprécié de +3,1% face à la monnaie unique européenne, de +1,7% face au franc suisse et +15% face à la livre sterling, mais déprécié de -2,7% face au yen.

Sur le compartiment des matières premières, les écarts étaient particulièrement prononcés avec de fortes appréciations pour le cuivre (+39,6%), le brent (+29%), le sucre (+20,8%) et l'argent (+15%) et des chutes marquées s'agissant du cacao (-34,4%), du blé (-23,4%) et du maïs (-9,2%). 

Conclusion

Les indicateurs macroéconomiques comme techniques continuent de plaider pour une appréciation des marchés actions en ce début d'année 2017. Les États-Unis devraient continuer de surperformer l'Europe, zone géographique où les disparités restent prononcées selon les pays.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.