Bilan du mois d'août 2014

Du côté des indices boursiers internationaux

PSI 20

La trêve estivale aura finalement été profitable aux actions, du moins aux Etats-Unis, puisque le Nasdaq Composite a progressé de +4,8% et enregistré son meilleur niveau depuis le printemps 2000. Le S&P 500 n'était pas en reste avec une appréciation de +3,8% et un nouveau plus haut historique à plus de 2000 points.

Les indices boursiers européens ont également gagné du terrain mais dans des proportions moindres et après un mois de juillet particulièrement défavorable : bien que le CAC 40 français ait gagné +3,2%, le DAX allemand (+0,7%) et l'IBEX 35 espagnol (+0,2%) ont quasiment fait du surplace, tandis que le FTSE MIB italien (-0,6%) et le PSI 20 portugais (-0,6%) allaient même jusqu'à reculer légèrement.

Bilan du mois d'août 2014

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Face à ce contexte, les investisseurs européens ont privilégié des secteurs défensifs comme l'alimentation (+3,6%) avec Pernod Ricard (+5,6%) et la santé (+3,2%) avec Sanofi (+9,4%) et Ipsen (+10,4%).

L'assurance (+3,1%) avec Axa (+6,6%) ainsi que les médias (+2,8%) et la technologie (+2,8%) étaient également recherchés. En fin de tableau, les ressources de bases (-3%) et l'automobile (-0,3%) subissaient en revanche des dégagements, à l'instar de Renault (-14,3%).

secteurs0814

Du côté des statistiques macroéconomiques

L'insolente vigueur de Wall Street s'explique par les fondamentaux porteurs de l'économie américaine, comme en atteste la croissance de 4,2% du produit intérieur brut au second trimestre.

Une situation qui devrait vraisemblablement se prolonger au second semestre, les indicateurs ISM restant très bien orientés, puisque tant le secteur manufacturier que le secteur des services évoluent sur leurs plus hauts annuels.

ISM0814

Le marché du travail devrait logiquement continuer de bénéficier de ce contexte et permettre au taux de chômage de poursuivre sa décrue. Les économistes tablent ainsi sur un recul de celui-ci à 6,1% après 6,2% le mois dernier.

Quant aux créations d'emplois, elles devraient vraisemblablement se maintenir au-delà du seuil des 200 000 comme ces six derniers mois, le consensus tablant sur 222 000. Réponse ce vendredi 5 septembre à 14h30, date à laquelle le Département du Travail publiera son rapport détaillé.

emploi0814

De ce côté-ci de l'Atlantique, la situation est en revanche nettement moins rose, avec une croissance anémique, et des perspectives guères encourageantes.

Les indicateurs PMI traduisent d'ailleurs ces signes de faiblesse, en particulier dans le secteur manufacturier dont le rythme ne cesse de décélérer depuis le début de l'année. Au regard de ces données, la croissance du produit intérieur brut de la zone euro devrait donc se situer à +0,4% tout au plus.

PMI0814

Les indicateurs de sentiment de la Commission européenne ne sont guère réjouissants eux non plus, la confiance du consommateur ayant marqué un plus bas de six mois à -10 points et ce en dépit d'une amélioration sur le front de l'emploi, puisque le taux de chômage (11,5% selon Eurostat) est actuellement au plus bas depuis deux ans. Le climat des affaires et le sentiment économique sont pour leur part revenus sur leur niveau de l'automne dernier, effaçant ainsi les progrès du début d'année. 

sentiment0814

Du côté des devises et des matières premières

Le regain d'intérêt des cambistes pour le billet vert s'est confirmé ces dernières semaines, au détriment de la monnaie unique européenne (-1,9% à 1,313$), de la livre sterling (-1,8% à 1,66$) du franc suisse (-1,1%) et du yen (-1,3%). Cela n'a toutefois pas eu d'impact sur les matières premières, classe d'actifs n'ayant pas de tendance affirmée actuellement. L'once d'or est ainsi restée stable (+0,3% à 1287$) tout comme le pétrole crude (+0,5% à 96$). 

Conclusion

Sur le plan macroéconomique comme sur le plan technique, les voyants restent au vert pour les actions américaines. En revanche, la situation est nettement plus contrastée en Europe, et la phase de consolidation engagée au cours de l'été a tout lieu de se prolonger. Ce contexte de marché incite donc à réduire son exposition sur les secteurs jugés risqués, comme la construction et l'automobile, en privilégiant les défensifs comme la santé et l'alimentation.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.