Le CAC 40 fait du sur place

La Bourse de Paris a clôturé quasi-stable vendredi dans une séance rendue prudente après plusieurs résultats d'entreprises et indicateurs économiques mitigés.

L'indice CAC 40 a perdu 0,08 % à 4 272,31 points, dans un volume d'échange modéré de 2,9 milliards d'euros alors que le DAX grappillait 0,06 % à 8985,74 points et le Footsie, 0,12 % à 6721,34 points.

Même si la tendance de fond reste haussière à la bourse de Paris, le marché parisien a louvoyé entre des nouvelles macroéconomiques et des résultats d'entreprises peu encourageants. Dans l'attente de stimuli plus positifs, celui-ci  pourraient propulser le CAC 40 au-delà des 4 300 points atteints cette semaine, au plus haut depuis septembre 2008.

Après le PMI jeudi, c'est l'indice IFO du moral des investisseurs allemands qui a surpris vendredi. Ce dernier s'est légèrement replié en octobre en Allemagne pour la première fois depuis 6 mois, confirmant le sentiment des investisseurs d'un ralentissement de la croissance dans la première économie de la zone euro. Dans le détail, l'indice IFO, basé sur une enquête auprès de 7 000 entreprises, a baissé à 107,4 contre 107,7 en septembre alors que le consensus était de 108,0.

Les investisseurs ont aussi été quelque peu refroidis par l’annonce de résultats d’entreprises peu encourageants. Pernod-Ricard a vu son chiffre d’affaires reculé de 9 %, Essilor abaissé son objectif de croissance annuelle et Gemalto a vu son chiffre d'affaires trimestriel s’inscrire en deçà du consensus.

Dans l'après-midi, l'évolution en dents de scie de Wall Street n'a pas amené le soutien nécessaire qui aurait permis à l'indice phare de la bourse de Paris de finir en zone positive, voire de revenir sur les 4 300 points.

Le moral des ménages américains a reculé plus qu’anticipé en octobre pour le troisième mois consécutif selon l'Université du Michigan. De leur côté, les commandes de biens durables ont progressé plus fortement que prévu en septembre 3,7 % par rapport à août. Mais, nuancent certains analystes, elles ont été tirées principalement par le secteur des transports sans lequel elles auraient reculé de 0,1 %.

Wall Street a terminé en hausse, porté notamment par les résultats supérieurs au consensus d'Amazon et de Microsoft. Le Dow Jones a terminé en hausse de 0,39 % à 15 570,28 points, le S&P 500 de 1759,77 points et le NASDAQ, 0,37 % à 3943,36 points.

Parmi les valeurs françaises, Crédit Agricole a reculé de 2,97 % à 8,45 euros après un abaissement de recommandation du courtier Exane-BNP Paribas. BNP Paribas a abandonné 1,55 % à 53,35 euros et Société Générale 1,20% à 40,90 euros.

Kering s'est replié de 3,04 % à 167,40 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires en baisse de 1,5% au troisième trimestre en raison d'une performance moins bonne que prévue de Gucci.

Renault a perdu 3,16 % à 66,11 euros après un chiffre d'affaires en baisse de 3,2% au troisième trimestre.

Schneider Electric a baissé de 1,09 % à 62,58 euros après une révision à la baisse de sa prévision de chiffre d'affaires pour 2013.

Axa a lâché 1,96% à 18,27 euros en dépit d'une hausse de 2% sur les neuf premiers mois de 2013.

Technicolor a abandonné 0,74 % à 4,03 euros, sous l'effet d'un chiffre d'affaires en baisse de 4,4% à périmètre constant au troisième trimestre.

Du côté des hausses, Saint-Gobain s'est adjugé 4,89 % à 39,69 euros après la confirmation du redressement de sa rentabilité au second semestre.

Saft a bondi de 4,58 % à 23,27 euros après un chiffre d'affaires en progression de 15% au troisième trimestre.

Enfin, Atos a pris 1,39 % à 59,82 euros après avoir confirmé ses objectifs de marge opérationnelle pour 2013.

L'Euro est resté stable à 1,3805 $. L'or a progressé à 1 350,69 $ l'once et le WTI, échéance décembre 2013, à 97,87 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.