Le CAC fait de la résistance

La Bourse de Paris a clôturé à l'équilibre jeudi, dans un marché qui, une fois de plus, a fait preuve de résilience.

L'indice CAC 40 a abandonné 0,01 % à 4 396,39 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,8 milliards d'euros, le DAX 0,76 % à 9 588.33 points alors que le Footsie, s’adjugeait 0,16 % à 6 810,27 points.

Après avoir ouvert en légère hausse, le marché parisien s’est inscrit après une heure de cotation, en baisse avant de rebondir en tout début d’après-midi, l’évolution positive de Wall Street en deuxième partie de matinée américaine, permettant au CAC 40 de refaire le chemin perdu en début de séance.

Les investisseurs ont continué leurs prises de bénéfices en matinée alors que le marché est toujours à son plus haut depuis 2008 mais force est de constater, selon de nombreux analystes, que le puissant courant acheteur, soulignant l’optimisme des investisseurs, empêche le marché de corriger.

Dans ce contexte, les indicateurs économiques publiés hier n’ont eu que peu d’influences sur les investisseurs. Du côté des bonnes nouvelles, le taux de chômage est resté stable en Allemagne en janvier à 6,8%, et ce, pour le troisième mois d'affilée conformément au consensus et la confiance dans l'économie en zone euro a continué de s’améliorer en février pour le dixième mois consécutif selon la Commission européenne. De même, l’Espagne a affiché un PIB en hausse de 0,2% au dernier trimestre de 2013. Toutefois, l’économie espagnole reste malgré la légère accélération notée par les analystes, toujours fragile et incertaine alors que le pays reste engluée dans un chômage de masse. Du côté des mauvaises nouvelles, l’annonce de la nouvelle hausse du chômage a de nouveau pesé sur la confiance des ménages français et les crédits au secteur privé en zone euro ont poursuivi leur repli, en baissant de 2,2 % en janvier selon la BCE.

Outre-Atlantique, la baisse des commandes de biens durables en janvier même moins importante que prévu et la progression inattendue des inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close le 22 février, n’ont que peu pesé sur la tendance, la présidente de la Fed, Janet Yellen ayant répété lors de son audition devant les membres du sénat que la FED se tenait prête à prendre toutes les « mesures nécessaires » pour soutenir l’économie en cas de besoin.

La présidente de la Fed a estimé que les récents signes de faiblesse de l'économie pouvaient être attribués aux conditions hivernales et a souligné qu'il faudrait « un changement significatif » de l’économie pour que la banque centrale américaine fasse une pause dans son programme de « tapering ».

Rassuré par les propos de Janet Yellen, Wall Street a fini en hausse jeudi, permettant à l'indice élargi S&P 500 de battre un nouveau record historique.

Le S&P 500, le plus suivi par les investisseurs new-yorkais, a pris 0,40 % à 1 854,29 points, un niveau jamais atteint auparavant en clôture. Le Dow Jones a progressé de 0,46 % à 16 272,65 points et le Nasdaq, à 0,63 % à 4 318,93 points.

Parmi les valeurs françaises, Veolia s’est envolé de 8,24 % à 13,8 euros, malgré des résultats 2013 contrastés mais meilleurs que prévu hors résultats exceptionnels.

Eiffage s’est adjugé 3,40 % à 51,06 euros après l’annonce d’un bénéfice net en forte hausse en 2013 et d’ un objectif d'une « nouvelle progression » de ses résultats cette année.

Vallourec a pris 4,85 % à 40,02 euros suite à un bénéfice net 2013 en progression de 18,6 %.

GDF Suez a bondi de 6,04 % à 18,62 euros en dépit d’une perte en 2013 dans un contexte difficile en Europe. Le groupe a toutefois revu à la hausse sa prévision de résultats pour 2014.

Plastic Omnium a augmenté de 11,16 % à 24,51 euros, après la publication de résultats 2013 solides et de prévisions encourageantes. Le bénéfice de l'équipementier automobile a affiché un bénéfice net progresser de 14,6 % à 208 millions d'euros.

La Fnac a pris 9,49 % à 27,1 euros. Le résultat net est repassé en zone positive à 15 millions d'euros et le résultat opérationnel a gagné 13% malgré un chiffre d'affaires en repli.

En revanche, Areva s’est effondré de 13,26 % à 18,95 euros après l’annonce de la dégradation de ses résultats pour la troisième année consécutives liée à d'importantes provisions sur le chantier de l'EPR en Finlande.

L’Euro a rebondi au terme d’une journée volatile à 1,3711 Dollar. L’or a fini en légère hausse à 1 331,54 dollars l’once et le WTI, échéance avril 2014, a reculé à 101,92 dollars le baril

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.