Le CAC garde la tête hors de l’eau grâce à Wall Street

La Bourse de Paris repassait timidement en zone positive jeudi matin après son fort repli de la veille, soutenue par la hausse de Wall Street hier.

Le CAC garde la tête hors de l’eau grâce à Wall Street

A mi-séance, l'indice CAC 40 prenait 0,09 % à 4 464,51 points, le DAX et le FTSE 100, 0,07 % à respectivement, 9 874,65 et 6 738,49 points.

Le marché parisien s’alignait sur Wall Street ce matin. Si les investisseurs parisiens ont eu un coup de chaud hier après la publication du PIB des Etats-Unis, leurs confrères américains en ont fait peu de cas. Pour ces derniers, la baisse du PIB américain au premier trimestre, même si elle a surpris quelque peu par son ampleur, était attendu après l’hiver rigoureux qu’a connu le pays. Les opérateurs américains ont préféré s’appuyer sur les indicateurs encourageants publiés récemment et le soutien de la banque centrale américaine pour  pousser les indices en zone positive.

De même, face à la confusion qui règne en Irak et à la difficulté que rencontre l’armée irakienne pour venir à bout de la rébellion jihadiste et alors que les Etats-Unis restaient toujours l’arme aux pieds, la plupart des investisseurs américains ont gardé leur calme. Si la situation est jugée très préoccupante, la plupart des opérateurs estime toujours, pour le moment, que son impact sur les marchés et sur celui du pétrole en particulièrement, reste limité alors l’Etat islamiste en Irak et au Levant est encore loin des champs pétrolifères du sud à partir desquels est exporté le brut du pays.

Sur un plan franco-français, les investisseurs ont noté le frémissement de la confiance des ménages. L'indicateur qui calcule cette confiance s’est affiché à 86, soit un point de plus qu'en mai mais restait inférieur à sa moyenne à long terme.

Tout en gardant un œil sur le Moyen-Orient, les investisseurs, outre-Atlantique, regarderont de près les dépenses et revenus des ménages américains en mai ainsi que les demandes hebdomadaires d'allocations chômage à 14h30.

Du côté des valeurs françaises, Alstom restait inchangé à 26,97 euros. Le groupe qui va se recentrer sur les transports a indiqué ne pas exclure d’ouvrir à terme son capital à des partenaires industriels avec l’approbation de Bercy.

Bonduelle se repliait de 0,94% à 21 euros. Bruxelles a infligé une lourde amende de 30 millions d'euros pour entente sur les prix dans le secteur des champignons en conserve.

Groupe Partouche prenait 3,45 % à 1,20 euros. En procédure de sauvegarde, le groupe qui a vendu 3 casinos et s’est retiré du poker en ligne, a annoncé une forte progression de son résultat net, à 22,3 millions d'euros, au premier semestre de son exercice décalé.

BioAlliance Pharma s’adjugeait 1,03 % à 7,88 euros. La société a annoncé son premier accord de licence en Amérique latine, avec le brésilien EMS, pour la commercialisation de son traitement Sitavig de l'herpès labial récurrent.

Solvay reculait de 0,41 % à 121,65 euros, après l'annonce d'une dépréciation d'actifs d'environ 420 millions d'euros qui grèvera ses résultats du deuxième trimestre 2014, suite à la finalisation de la création d'une co-entreprise avec Ineos dans le secteur du PVC.

Enfin, Exel Industries abandonnait 0,86 % à 57,81 euros  après la baisse du chiffre d'affaires au troisième trimestre de son exercice 2013-2014, en raison de « la prudence des agriculteurs » en France.

L’Euro se repliait à 1,3619 dollar de même que l’once d’or à 1 311 dollars et que le Brent, échéance août 2014, à 113,77 dollars.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.