L'attentisme a une nouvelle fois été de mise avant la BCE

L’indice phare de la Bourse de Paris a terminé en légère hausse (+0,46% à 4.695,10 points), dans un volume d'échanges peu étoffé de 3,1 milliards d'euros.

L'attentisme a une nouvelle fois été de mise avant la BCE

Après un début de séance très hésitant, la place parisienne a pris un peu de hauteur. Mais les initiatives restaient limitées en attendant le principal événement de la semaine que constitue la réunion de la BCE aujourd’hui.

Sur les autres places européennes, la Bourse de Francfort a pris 0,89% et celle de Londres a fini à l'équilibre (+0,05%). Par ailleurs l'Eurostoxx a gagné 0,51%.

Sans forcément attendre d'annonces concrètes, les marchés comptent sur un discours dont la tonalité sera très accommodante et espèrent même que la BCE plaide en faveur d’un renforcement de son programme de rachats d'actifs.

Aux Etats-Unis, la saison des résultats pour le troisième trimestre a battu son plein avec Kimberly-Clark (grande consommation) qui a dépassé les attentes, tandis que Coca-Cola a été pénalisé par un dollar fort.

General Motors a agréablement surpris avec des résultats solides et Boeing a vu ses bénéfices grimper de 25%.

Le constructeur italien de voiture de sport Ferrari a apporté un peu de glamour à Wall Street, où il est venu exposer quelques modèles historiques pour fêter son démarrage boursier.

Il a terminé en hausse de 5,77% par rapport à son cours d'introduction, à 55 dollars, après avoir mis sur le marché environ 9% de son capital.

Dans ces conditions, la Bourse de New York a encore terminé la séance en baisse, le Dow Jones a reculé de 0,28% à 17.168,61 points, le Nasdaq a cédé 0,84% à 4.840,12 points et l'indice S&P 500 a reculé de 0,58% à 2.018,94 points.

En France, le rythme des publications s'est également accéléré.

Thales a enregistré une forte hausse (+3,85% à 64,48 euros) grâce à la confirmation de l'ensemble de ses objectifs annuels due à une forte progression des prises de commandes, de 37% sur neuf mois, notamment dans la défense et le transport terrestre.

Areva a nettement progressé de 8,83% à 6,58 euros, après plusieurs séances de baisse et l'annonce de la suppression de 2.700 postes en France d'ici à 2017, conformément à l'objectif de 3.000 à 4.000 suppressions de postes annoncé en avril dans le cadre de sa restructuration.

Publicis a perdu 3,24% à 62,44 euros, alors que selon le Financial Times une enquête a été lancée aux États-Unis sur les pratiques des grands groupes publicitaires.

GL Events a reculé fortement (-4,72% à 16,55 euros), pénalisé par la révision à la baisse de son objectif d'activité pour 2015.

Technicolor a finalement gagné 1,45% à 6,74 euros, après un début de séance difficile. Le groupe a publié un chiffre d'affaires en hausse de 4% au troisième trimestre et s'apprête à réaliser une augmentation de capital de 227 millions d'euros.

L'Oréal (-1,13% à 165,65 euros) a été pénalisé par un abaissement de recommandation par HSBC qui n'a en revanche pas affecté Saint-Gobain (+1,24% à 37,54 euros).

Sur le marché des changes, l'euro baissait très légèrement face au dollar mercredi, les investisseurs restant toutefois très prudents en attendant la réunion de la Banque centrale européenne aujourd’hui.

Vers 23H00 à Paris, la monnaie unique européenne valait 1,1339 dollar contre 1,1346 dollar mardi à la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.