Le CAC se replie après la FED et des indicateurs mitigés

La Bourse de Paris se repliait de nouveau jeudi matin après les minutes de la FED hier et des chiffres macroéconomiques peu encourageants ce matin.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,38 % à 4 324,47 points, le DAX 1,06 % à 9 557,62 points et le Footsie, 0,26 % à 6 778,78 points.

Les minutes de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la FED et les déclarations de certains membres ont pour le moins refroidi les marchés. Après la clôture en baisse hier des places américaines, c’était au tour des marchés asiatiques ce matin de terminer en repli, le Nikkei perdant plus de 2 %. Entre des minutes de la FED qui confirme le consensus en faveur du « tapering » de l’institut monétaire américain et les propos de certains de ses membres qui se sont interrogés publiquement sur l’opportunité d’augmenter les taux d’intérêt plus tôt qu’en 2015 voir dés l’été 2014, les investisseurs ont du mal à séparer le bon grain de l’ivraie.

Les informations macroéconomiques publiées ce matin, peu encourageantes, pesaient aussi sur la tendance.

Dans un premier temps, les investisseurs prenaient connaissance de la nouvelle contraction de l’économie de l’empire du milieu. L'activité industrielle en Chine s'est de nouveau repliée en février, tombant à 48,3 points son plus bas niveau de puis 7 mois selon les premiers résultats de l'enquête mensuelle Markit-HSBC auprès des directeurs d'achats.

Ensuite, c’était à la zone euro d’afficher un ralentissement de sa croissance en février. Plus que le chiffre lui-même de l’indice PMI composite à 52,7 points contre 52,9 en janvier, les analystes de Markit ont souligné que les entreprises avaient baissé leurs prix dans l'espoir d'augmenter leurs ventes , avec pour conséquence, la possibilité d’une résurgence des craintes de la déflation dans la zone monétaire du vieux continent. Dans le détail, l’indice composite allemand s’affichait à son plus haut depuis juin 2011 grâce notamment à un rebond surprise de sa composante services alors que sa composante manufacturière, reculait sensiblement en dessous des prévisions des analystes. Côté français, l’activité dans le secteur privé s’est repliée en février avec un secteur manufacturier à 48,5 contre 49,3 en janvier, les analystes anticipant 49,6 et celui des services à 46,9, après 48,9 le mois dernier contre 49,4 attendu par le consensus.

Outre-Atlantique, les marchés regarderont de près l’indice des prix à la consommation et les demandes initiales d'allocations chômage à 14h30 ainsi que l’indice de fabrication de la FED à Philadelphie à 16h00.

L’actualité des entreprises avec une salve de nouveaux résultats continuait aussi de rythmer l’activité de la séance.

Suez Environnement gagnait 7,36 % à 14,15 euros après l’annonce d’un bénéfice net 2013 en forte hausse de 40,2% par rapport à 2012 et, en dépit d’un recul de 3% de son chiffre d'affaires.

Technip s’envolait de 8,01 % à 69,34 euros, malgré des résultats en baisse au quatrième trimestre, handicapé par des effets de change mais ayant confirmé ses objectifs pour 2014 et 2015.

Accor reculait de 2,45% à 35,84 euros, alors que le groupe hôtelier français a renoué avec les bénéfices et affiché sa confiance pour 2014.

Schneider Electric s’adjugeait 2,77 % à 65,37 euros. L'équipementier électrique prévoit de rebondir en 2014 grâce à de fortes ventes en Amérique du Nord et en Asie après avoir été pénalisé par un marché des changes défavorable dans les pays émergents l'année dernière.

Safran perdait 2,07 % à 52,40 euros malgré l’annonce d’une progression de 22 % de son bénéfice en 2013.

Capgemini bondissait de 4,08 % à 56,10 euros après un bénéfice net en progression de 25% pour l'année 2013.

Danone prenait 2,08 % à 52,02 euros. Le groupe a atteint ses objectifs annuels malgré un second semestre difficile et prévoit une hausse de ses ventes de 4,5% à 5,5% ainsi qu’une  marge opérationnelle stable.

Axa abandonnait 1,89 % à 19,415 euros. Les investisseurs ne semblent pas avoir agréer la stratégie du groupe pour devenir le premier assureur étranger en Chine, en rachetant 50% du capital de l'assureur dommages chinois Tian Ping.

Air France-KLM reculait de 0,79 % à 9,008 euros malgré un retour du résultat d’exploitation en territoire positif à 130 millions et un réduction de son endettement net.

Icade perdait 1,48% à 68,69 euros, après avoir publié un chiffre d'affaires 2013 en hausse de 6,2%.

Enfin, Spir Communication se repliait de 2,47 % à 13,41 euros après avoir accentué ses pertes en 2013, suite à la faiblesse des secteurs de la publicité.

L’Euro reculait à 1,3698 Dollar. Le cours de l'or restait quasi inchangé à 1 313,37 dollars l’once et le Brent, échéance avril 2014, se repliait à 109,98 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.