Le CAC 40 poursuit sa marche en avant

La bourse de Paris progressait légèrement ce matin dans une séance terne privée d'indicateurs macroéconomiques importants de part et d'autre de l'Atlantique.

À mi-séance, l'indice CAC 40 prenait 0,37 % à 4 308,15 points, le DAX 0,45 % à 9210,20 points et le FTSE, 0,27 %, 6711,32 points.

Le nouveau record atteint par Wall Street vendredi ne semblait pas avoir impressionné les investisseurs européens et parisiens ce matin. Le Dow Jones a atteint 15 961,70 points et le S&P 500, 1798,18 points stimulés par les propos de Janet Yellen jeudi devant le sénat des Etats-Unis qui a confirmé la poursuite de la politique monétaire ultra accommodante de la FED afin de soutenir la reprise de la croissance économique qu'elle juge encore insatisfaisante notamment sur le plan du chômage.

Parmi les informations macroéconomiques, les investisseurs de la place de Paris ont pris note ce matin de la hausse de l'excédent commercial de la zone euro. Ce dernier a progressé au-delà des chiffres du consensus en septembre à 13,1 milliards d'euros contre 6,9 milliards en août, selon Eurostat. Concrètement, les exportations ont augmenté de 3 % en septembre tandis que les importations restaient stables, précise Eurostat.

Outre-Atlantique, les investisseurs suivront de près les propos de William Dudley, président de la Reserve Fédérale de New-York et membre du comité de la politique monétaire de la FED avant le compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine mercredi.

Du côté des valeurs françaises, EADS prenait 3,50 % à 53,77 euros après les nombreuses commandes d'avions enregistrées par l'avionneur européen lors du salon aéronautique de Dubaï.

Peugeot Citroën s'envolait de 6,40 % à 10,895 euros après des informations relatées dans la presse faisant état d'une sortie du constructeur du capital de sa filiale Faurecia.

L'action Sanofi progressait de 0,19 % à 80,06 euros. Les investisseurs ne semblent pas s'inquiéter outre-mesure de la suspension de tous les projets concernant l'homologation du fedratinib, un inhibiteur développé par sa branche oncologie, à la suite d'une décision de l'agence américaine des médicaments (FDA).

Numericable reculait de 0,36 % à 27,80 euros., le premier actionnaire du groupe, la holding d'investissements Altice, a annoncé qu'elle allait porter de 30 à 40% sa participation au capital du câblo-opérateur français et confirmé sa volonté de détenir à terme la majorité du capital.

TF1 se repliait fortement de 4,07 % à 13,205 euros après le résultat du match aller de l'équipe de France lors des barrages pour la qualification du « mondial » au Brésil l'année prochaine alors que le groupe télévisuel, qui a payé cher les droits de diffusion, pourrait pâtir d'une élimination de l'équipe de France.

Medica s'envolait de 5,74 % à 21,18 euros après l'annonce d'une fusion avec Korian qui aboutirait à la création du "leader européen du secteur".

Vranken-Pommery Monopole prenait 2,20 % à 24,64 euros après avoir annoncé la création d'une coentreprise de vins rosés avec le groupe viticole bordelais Castel et qui ambitionne de devenir l'un des leaders mondiaux du secteur.

Enfin, Europacorp perdait 3,08 % à 3,78 euros alors que selon un rapport de la Cour des Comptes le financement de la Cité du Cinéma, créée en 2012 par le producteur Luc Besson, aurait fait l'objet de "détournement de fonds publics".

L'Euro progressait à 1,3508 Dollar. L'or reculait à 1 283,41 dollars l'once et le Brent, échéance janvier 2014, à 107,86 dollars le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.