Le CAC reste suspendu à l’accord de Washington

La Bourse de Paris a clôturé en léger repli mercredi dans une séance toujours dominée par les péripéties budgétaires aux Etats-Unis.

L'indice CAC 40 a perdu 0,29% à 4243,72 points, dans un volume d'échanges de 3,3 milliards d'euros. Le DAX a progressé de 0,47% à 8846 points et le FTSE 100 de 0,34% à 6571,59 points.

Le marché parisien a clairement affiché son inquiétude mercredi à quelques heures de la date fatidique du 17 octobre qui verrait les Etats-Unis officiellement si ce n’est techniquement se déclarer en cessation de paiements.

La manœuvre de dernière minute de certains républicains afin d’obtenir plus de modifications sur la réforme de santé de Barack Obama, a semé le trouble parmi les investisseurs européens. Immédiatement rejetées par la Maison-Blanche qui est allée jusqu’à la qualifier de «demande de rançon», les négociations entre démocrates et républicains se sont une nouvelle fois retrouvées dans l’impasse.

Le président américain a saisi ce coup d’arrêt pour appeler chaque parlementaire à prendre ses responsabilités en affirmant que l’accord actuellement sur la table qui prévoit de relever la dette jusqu’au 7 février et de rouvrir l'Etat fédéral jusqu'au 15 janvier, n’était plus modifiable.

Pourtant, en fin de matinée américaine, quelques minutes avant la clôture de la bourse de Paris, les négociations faisaient l’objet d’un nouveau rebondissement. Le dirigeant de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, annonçait la conclusion d'un compromis avec le chef de file des républicains, Mitch McConnell dans la foulée de la déclaration du président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, qui avait indiqué auparavant que son parti ne bloquerait plus l'accord obtenu au Sénat.

Wall Street a terminé en hausse mercredi saluant ainsi l’accord de dernière minute entre démocrates et républicains. Le Dow Jones a pris 1,36% à 15373,83 points, le S&P 500 1,38% à 1721,54 points et le Nasdaq, 1,20% à 3839,43 points.

Du côté des valeurs françaises, Danone reculait de 2,28% à 51,83 euros après un avertissement sur ses résultats 2013, suite à la fausse alerte au botulisme sur des laits pour bébé en Chine.

Les bancaires finissaient en hausse après avoir évoluées en ordre dispersé une bonne partie de la séance. L'action Crédit Agricole a pris 0,79% à 9,151 euros, Société Générale, 0,66% à 41,845 euros et BNP Paribas, 0,24% à 54,30 euros.

Natixis, de son côté, baissait de 0,23% à 3,921 euros alors que la banque a confirmé son intention de supprimer entre 700 et 1000 emplois en France.

PSA Peugeot Citroën s’est replié de 4,43% à 10,245 euros après avoir perdu plus 10% en séance et avoir annoncé une baisse de 2,9% de ses ventes en septembre dans l'Union européenne.

Publicis a perdu 2,01% à 58,44 euros, malgré la confirmation de ses objectifs de croissance et l’affirmation que sa fusion avec Omnicom se passait dans les meilleures conditions.

LVMH a cédé 4,25% à 138,70 euros après une baisse de recommandation par Bank of América-Merrill Lynch et l'annonce de ventes décevantes au troisième trimestre.

Enfin, Ubisoft plongeait de 26,15% à 8,19 euros après un avertissement sur résultats, lié au report du lancement de deux nouveaux jeux vidéos.

L’Euro reprenait du terrain après une séance volatile à 1,3533 $. Le cours de l'or restait quasi stable à 1282,57 $ l’once et le WTI, échéance novembre 2013, rebondissait à 102,19 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.