L’ensemble des indices en hausse à la mi-séance

À 11h50, le CAC 40 est en hausse de +0,86% à 5028,23 points, dans un volume d’échanges de plus d’un milliard d’euros.

L’ensemble des indices en hausse à la mi-séance

Le FTSE 100 londonien gagne +0,93% à 7436,98 points. Le DAX allemand progresse de +1,01% à 12 131,47 points. L’Euro Stoxx 50 affiche la plus forte hausse avec +1,13% à 3447,98 points.

En Asie, le Nikkei a clôturé en légère hausse de +0,07% à 19 590,14 points. À Hong-Kong, le Hang Seng s’est démarqué en gagnant +2,08% à 24 288,28 points. Le Shanghai Shenzhen Composite a terminé en hausse +0,52% à 3481,51 points.

La Banque Centrale du Japon (BOJ) a décidé de ne pas agir aujourd’hui sur sa politique monétaire, en dépit d’une amélioration de l’économie japonaise. Dans un contexte de protectionnisme ambiant, ses taux directeurs sont restés inchangés à -0,10% comme anticipé par le consensus.

La Banque Nationale Suisse (BNS) maintient également sa politique monétaire en raison des risques politiques en Europe, pouvant mettre à mal l’économie mondiale.

À 13h, ce sera au tour de la Banque d’Angleterre de rendre ses conclusions.

Au chapitre des statistiques économiques de la journée, l’indice des prix à la consommation pour l’Europe en glissement annuel est ressorti à 2,0%, comme attendu par le consensus.

Aux États-Unis, l’indicateur des permis de construire pour février est attendu à 1.260M par le consensus. L’indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour le mois de mars est attendu à 30 par le consensus.

Les cours du pétrole sont de nouveau dans le vert : le baril de brut prend +0,42% à 52,22$, et le baril de WTI gagne +0,41% à 49,21$.

Sur le marché des devises, l’euro perd -0,10% face au dollar (EUR/USD : 1,0721$), et la livre sterling recule de -0,28% face au dollar (GBP/USD : 1,2258$).

Du côté du palmarès du CAC40, les trois plus fortes hausses ont été ArcelorMittal (+3,35% à 8,61€), BNP Paribas (+2,55% à 61,62€) et Société Générale (+2,48% à 48,13€).

Les trois plus fortes baisses ont été Renault (-3,49% à 79,34€), Peugeot (-1,36% à 19,15€) et Airbus (-0,18% à 70,30€).

Renault continue de pâtir du scandale du « dieselgate ». Le constructeur automobile est accusé de dispositif frauduleux dans ses tests anti-pollution. Peugeot est lui aussi tiré vers le bas, car cette affaire rappelle les soupçons qui pèsent également sur lui concernant des irrégularités sur ses moteurs diesel.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.