Le CAC 40 rebondit avec Janet Yellen

La Bourse de Paris a clôturé en hausse jeudi, soutenue par le discours accommodant de Janet Yellen qui devrait succéder au début de l'année prochaine à Bern Bernanke à la tête de la banque centrale américaine.

L'indice CAC 40 a pris 1,04 % à 4 283,91 points dans un volume d'échange de 3 milliards d'euros. Le DAX 1,05 % à 9 149,66 points et le Footsie, 0,54 % à 6 666,13 points.

La hausse du marché parisien a été soutenue par le nouveau record de Wall Street la veille et les propos ultra- accommodants de Janet Yellen, prochaine « chairman » de la Fédéral Réserve. La future présidente de la banque centrale a annoncé que le soutien de la FED à l'économie américaine et aux marchés continuerait en raison des performances insatisfaisantes de l'économie américaine notamment en matière d'emploi. Devant le Sénat, Janet Yellen a confirmé l'engagement de la FED en faveur de la croissance économique américaine jugeant qu'il serait pour le moment, « couteux de retirer les mesures d'assouplissement monétaire ».

Rassurés par la BCE la semaine dernière qui a abaissé son taux directeur et confirmé son soutien total à l'économie de l'union monétaire européenne et par les propos de Janet Yellen, les investisseurs ont fait finalement peu de cas des mauvais chiffres des PIB allemands, français et de la zone euro. Le PIB allemand a crû de seulement 0,3 % contre une moyenne de 0,7% lors des 3 mois précédent et celui de la France s'est replié de 0,1 % au troisième trimestre alors que la zone euro a crû à un rythme moins soutenu que celui prévu par le consensus.

Outre-Atlantique, Wall Street soutenu par les propos de Janet Yellen a battu de nouveaux records d'autant plus que la future patronne de la FED a rejeté l'idée que cette dernière alimentait une bulle financière.

Le Dow Jones a pris 0,35 % à 15 876,22 points, le S&P 500 0,48 % à 1790,62 points et le NASDAQ, 0,18 % à 3 972,74 points.

Parmi les valeurs, l'action Bouygues a bondi de 6,23 % à 29,52 euros après des résultats au troisième trimestre en hausse de 26%.

BNP Paribas a pris 2,87 % à 54,43 euros, après l'annonce de la cession par l'État belge de ses parts dans sa filiale belge BNP Paribas Fortis, moyennant 3,25 milliards d'euros.

EADS a progressé de 1,89 % à 52,74 euros après l'annonce d'un bénéfice net en progression de 45% au troisième trimestre.

L'action Vinci a augmenté de 2,28 % à 47,50 euros. Le groupe a signé avec Total un important contrat pour la construction d'un gazoduc de plus de 100 km en Bolivie.

Sodexo a terminé en hausse de 2, 65 % à 74,25 euros, les investisseurs se focalisant sur la hausse du résultat opérationnel et des ventes pour le prochain exercice.

Air France-KLM s'est adjugé 1,01 % à 7,19 euros. Le groupe franco-néerlandais a annoncé qu'il ne souscrirait pas à l'augmentation de capital de la compagnie italienne Alitalia, tout en confirmant son engagement auprès de sa partenaire en difficulté.

Veolia Environnement a perdu 2,23 % à 12,30 euros après un abaissement de sa note à BBB par l'agence Fitch.

Neurones a gagné 4,01 % à 11,42 euros après avoir revu à la hausse ses perspectives annuelles.

Enfin, Rougier s'est envolé de 12,76 % à 28,98 euros, après avoir annoncé le rebond de son activité au troisième trimestre après un début d'année plus que difficile.

L'Euro est resté quasi inchangé à 1,3458 $. L'or a légèrement progressé à 1 287,26 $ l'once de même que le WTI, échéance décembre 2013, à 94,02 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.