Le CAC 40 respire après Janet Yellen

La Bourse de Paris repartait à la hausse jeudi matin, soutenue par le nouveau record de Wall Street la veille et les propos accommodants de Janet Yellen.

A mi-séance, l'indice CAC 40 prenait 0,72 % à 4 270,37 points, le DAX 0,91 % à 9137,27 points et le FTSE, 0,80 % à 6683,23 points.

Le marché parisien a trouvé du soutien du côté de Wall Street qui a battu de nouveaux records hier, après les bons résultats affichés de Macy's et du côté des propos tenus par Janet Yellen qui devrait sauf surprise de dernière minute, succéder à Ben Bernanke à la tête de la FED au début de l'année prochaine.

La future présidente de la banque centrale a très clairement précisé que le soutien de la FED à l'économie américaine et par conséquent aux marchés se poursuivrait résolument. Plus précisément, Janet Yellen a estimé que les performances de l'économie américaine notamment en matière d'emploi, restaient insatisfaisantes et étaient encore loin de leur potentiel.

Dans ces conditions, les marchés européens ne sont pas émus des mauvais chiffres des PIB allemands, français et de la zone euro. La croissance de l'économie allemande a ralenti à 0,3 % contre 0,7 % lors des 3 mois précédents alors que le PIB de l'hexagone se contractait de 0,1 % au troisième trimestre en raison d'une chute des exportations et d'une baisse des investissements. Enfin, la croissance de l'économie de la zone euro a ralenti plus que prévu par le consensus en raison de la faiblesse des économies italiennes et françaises.

Cependant, c'est une nouvelle fois, outre-Atlantique, que sera donné le la de la tenue à venir des marchés. Dans un premier temps, les investisseurs prendront connaissance des chiffres de l'emploi américain avec à 14h30, les demandes initiales d'allocations chômage publiées par le Département du Travail. Ensuite, à 16h00 se teindra l'audition de Janet Yellen devant le Sénat des Etats-Unis. Après les propos que la prochaine « Chairman » de la FED a tenu hier, les investisseurs attendront la confirmation de la poursuite de la politique monétaire ultra-accommodante de la Réserve fédérale.

Parmi les valeurs françaises, BNP Paribas s'adjugeait 1,63 % à 53,77 euros après l'annonce de la cession par l'État belge de ses parts dans sa filiale belge BNP Paribas Fortis, moyennant 3,25 milliards d'euros.

Kering reculait de 0,83 % à 161,90 euros après l'annonce d'une prévision du résultat net 2013 du groupe faisant apparaître un très fort recul.

EADS, qui a déjà très fortement progressé depuis le début de l'année grappillait 0,25 % à 51,89 euros après la publication d'un bénéfice net en progression de 45% au troisième trimestre.

Vinci progressait de 1,56 % à 47,165 euros. Le groupe a signé avec Total un important contrat pour la construction d'un gazoduc de plus de 100 km en Bolivie.

Bouygues s'envolait de 5,56 % à 29,33 euros après des résultats au troisième trimestre en hausse de 26%.

Enfin, OL groupe reculait de 1,91 % à 2,05 euros. Le produit des activités du club de football rhodanien s'est établi à 41,1 millions d'euros en repli de 7 % au terme de son premier trimestre, clos le 30 septembre.

L'Euro se repliait à 1,3430 $. L'or restait quasi stable à 1 283,52 $ l'once et le Brent, échéance janvier 2014, progressait légèrement à 107,28 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.