Le CAC 40 joue la prudence

La Bourse de Paris a clôturé en baisse mardi dans un marché prudent faute de rendez-vous économique important.

L'indice CAC 40 a reculé de 0,61 % à 4 263,78 points dans un volume d'échange faible de 2,12 milliards d'euros, le DAX 0,34 % à 9076,48 points et le FTSE 100, 0,02 % à 6726,79 points.

Après une brève incursion en zone positive, le CAC 40 s'est replié et a passé la séance en baisse accentuant son repli avec le recul de Wall Street.

Les investisseurs n'ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent hier. Tout juste, ont-ils, après la décision surprise de la Banque Centrale Européenne jeudi dernier, de baisser son taux directeur et les propos de Mario Draghi concernant la déflation qui semble gagner la zone euro, jeté un coup d'œil aux chiffres de l'inflation publiés.

D'abord, en Allemagne, les prix à la consommation ont reculé en rythme annuel au plus bas depuis 2010 à 1,2 % sur un an contre 1,4% en septembre, en raison surtout du recul des prix de l'énergie. Ensuite, en Italie, l'inflation s'est affichée en hausse de 0,8% en octobre sur un an contre 0,9% en septembre et 1,2% au cours des trois mois précédents, selon l'Institut des statistiques Istat.

De fait, pour nombres d'observateurs, ces faibles chiffres justifient à postériori la décision de la BCE de ramener son taux directeur à 0,25 % à son plus bas niveau depuis septembre 2012 alors que les craintes d'une entrée en déflation de la zone monétaire européenne se renforcent.

Hors zone euro, mais toujours en Europe, le Royaume-Uni a également affiché un fort repli de son inflation en octobre à 2,2 % sur un an contre 2,7% en septembre, soit son plus bas niveau depuis septembre 2012.

Outre-Atlantique, Wall Street a clôturé près de l'équilibre alors que les spéculations sur les mesures de soutien de la Banque Centrale Américaine reviennent sur le devant de la scène.

Le Dow Jones a reculé de 0,21 % à 15 750,67 points, le S&P 500 de 0,24 % à 1767, 69 points et le NASDAQ est resté inchangé à 3919,92 points.

Parmi les valeurs françaises, EADS s'est replié de 2,70 % à 52,35 euros sur des prises de bénéfices après une hausse de plus de 97 % depuis le début de l'année.

Arkema a perdu 3,11 % à 79,70 euros après un abaissement de recommandation à « neutre » contre « acheter » par la Société Générale.

Après les chiffres des immatriculations en Europe qui ont reculé de 4,8 % en octobre, Renault et Peugeot ont fini en ordre dispersé. Renault a pris 0,44 % à 61,46 euros malgré la chute de ses ventes de 21,6 % en Europe le mois dernier. L'action Peugeot, de son côté, a abandonné 1,28 % à 10,03 euros.

Lagardère a reculé de 1,70 % à 26,28 euros. Le groupe a confirmé son objectif de résultat financier pour 2013 malgré une baisse du chiffre d'affaires au troisième trimestre en raison notamment de difficultés persistantes dans la presse magazine et le secteur de l'éducation.

Carrefour s'est adjugé 1,56 % à 27,40 euros alors que le groupe est en négociation avec la société foncière Klépierre pour le rachat de galeries marchandes.

Enfin, Nicox a terminé en hausse de 3,05 % à 2,56 euros, soutenu par le début de la commercialisation aux États-Unis d'un test de diagnostic de nouvelle génération pour une maladie auto-immune grave.

L'Euro a progressé à 1,3436 $. L'or a reculé à 1 268,01 $ l'once et le WTI, échéance janvier 2014, a chuté à 93,08 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.