Le CAC 40 repart à la baisse

La Bourse de Paris reculait légèrement mardi dans une séance attentive aux chiffres de l'inflation publiés suite aux craintes de la déflation dans la zone euro.

À mi-séance, le CAC 40 perdait 0,36 % à 4 274,46 points, le DAX 0,22 % à 9088,12 points et le Footsie, 0,21 % à 6714,42 points.

Après une incursion en zone positive lors de la première demi-heure, le CAC 40 se repliait en baisse à l'intérieur du range entre 4 200 et 4 300 points dans lequel il évolue depuis le 14 octobre dernier à l'exception du plus haut annuel atteint le 7 novembre dernier.

Après la baisse du taux directeur de la BCE, la semaine dernière et les propos sibyllins de son président concernant la déflation en zone euro. Les investisseurs ont pris note avec circonspection des chiffres concernant l'inflation de certains pays du vieux continent dont deux,dont l'Allemagne de la zone monétaire européenne.

Outre-Rhin, les prix à la consommation en Allemagne ont reculé en rythme annuel. L'inflation a progressé de 1,2 % en octobre contre 1,4% en septembre selon l'Office Fédéral de Statistiques, au plus bas depuis août 2010. Du côté italien, l'inflation a moins ralenti qu'anticipé au mois d'octobre, s'affichant à +0,8% sur un an contre +0,9% en septembre et +1,2% au cours des trois mois précédents, selon l'Institut des Statistiques Istat. Enfin, hors zone euro, l'inflation au Royaume-Uni a reculé plus qu'attendu en octobre, à 2,2 % sur un an, un plus bas depuis septembre 2012, grâce notamment à la baisse des prix du pétrole et des coûts de transport, selon l'office national des statistiques (ONS).

La baisse du budget de l'Union européenne pour 2014 n'a pas été relevée par les investisseurs. Les négociateurs sont parvenus à un accord d'une baisse de 6 % à 135,5 milliards d'euros, avec un accent mis sur la lutte contre le chômage des jeunes.

Enfin, en France, la Banque de France a publié une première estimation de croissance pour le pays au 4e trimestre. Elle prévoit une accélération de la croissance de l'économie française au quatrième trimestre de cette année de 0,4%, après un ralentissement au troisième.

Outre-Atlantique, les marchés attendront les discours du président de la banque centrale américaine, Ben Bernanke, demain et surtout de celui de sa remplaçante Janet Yellen, jeudi devant le Sénat pour son investiture afin une de fois de plus, de déterminer le calendrier à venir de la FED.

Parmi les entreprises françaises, l'action Carrefour s'adjugeait 1,59 % à 27,41 euros alors que le groupe est en négociation avec la société foncière Klépierre pour le rachat de galeries marchandes.

Lagardère reculait de 1,48 % à 26,335 euros. Le groupe a confirmé son objectif de résultat financier pour 2013 malgré une baisse du chiffre d'affaires au troisième trimestre en raison notamment de difficultés pérennes dans la presse magazine.

Peugeot reculait de 0,74 % à 10,085 euros. Les immatriculations de véhicules neufs ont reculé de 4,8% en Europe en octobre selon les données récoltées par l'ACEA, soit 959.412 véhicules écoulés.

De son côté, Renault prenait 0,90 % à 61,74 euros malgré la baisse de ses ventes de 21,6 % en Europe en octobre.

Lafarge reculait de 1,07 % à 51,80 euros. Lafarge et Anglo American ont conclu la vente d'un portefeuille d'activités dans le secteur des matériaux de construction au Royaume-Uni pour un montant de 340 millions d'euros à Mittal Investments.

Stmicroelectronics reculait de 1,45 % à 5,571 euros. La société aurait renoncé à séparer en deux ses activités après l'émergence de désaccords entre dirigeants français et italiens sur la stratégie à adopter.

Arkema perdait 2,46 % à 80,24 euros après un abaissement de recommandation à « neutre » contre « acheter » par la Société Générale.

Enfin, Nicox bondissait de 5,43 % à 2,623 euros, soutenue par le début de la commercialisation aux États-Unis d'un test de diagnostic de nouvelle génération pour une maladie auto-immune grave.

L'Euro se repliait à 1,3391 $, l'or à 1 281,48 $ l'once alors que le Brent, échéance janvier 2014, poursuivait sa remonté  à 106,44 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.