Le CAC poursuit sa consolidation

La Bourse de Paris a clôturé en progression lundi tout près des 4 300 points dans un marché atone en raison de l’absence de nombreux investisseurs pour le 11 novembre et de nouvelles économiques de premier plan.

L'indice CAC 40 a pris 0,70 % à 4 290,14 points, dans un volume d'échanges faible de 1,8 milliard d'euros, le DAX 0,33 % à 9107,86 points et le FTSE 100 0,30 % à 6728,37 points.

Après une ouverture en légère hausse et une première heure en zone négative, le marché parisien a gagné du terrain tout au long de la séance, porté par la bonne tenue de Wall Street en matinée américaine, avant de se replier très légèrement par rapport à ses plus hauts du jour à la clôture.

Les investisseurs présents à la bourse de Paris ont vécu une séance sans soubresaut, s’alignant sur la dynamique insufflée par Wall Street vendredi à l’issue d’une semaine riche en événements, entre la décision de la BCE de baisser son taux directeur et des chiffres américains notamment en ce qui concerne le PIB et l’emploi, meilleurs qu’attendus par le consensus.

Du côté des nouvelles macro-économiques, la production industrielle en Chine a progressé de 10,3 % sur un an à un niveau supérieur au consensus. Dans le détail, les ventes de détail ont augmenté de 13,3% sur un an au même rythme que le mois de septembre alors que les investissements en capital fixe ont progressé de 20,1 % pour la période allant de janvier à octobre confirmant ainsi le retour de la «vigueur» de l’économie chinoise.

Au sein de la zone euro, plusieurs informations ont fait état d’une fracture importante au sein du conseil des gouverneurs de la BCE où, nordistes et sudistes se sont affrontés en ce qui concerne la gestion du taux directeur de l’institut monétaire européen. Les membres allemands, néerlandais et autrichiens de la Banque se sont fortement opposés à la baisse du taux directeur à 0,25 % décidée le 7 novembre dernier par la BCE.

Pour l’instant, pour certains observateurs, le feu reste circonscrit au conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne. Mais, après les propos de la commission européenne sur les excédents allemands, les critiques qui se multiplient outre-Rhin sur Mario Draghi et en autre, les inquiétudes françaises et des pays du sud sur l’Euro fort, ce qui n’est encore qu’une divergence de vue pourrait se transformer en crise politique importante au sein de la zone euro.

Outre-Atlantique, le Dow Jones a terminé en légère hausse de 0,14 % à 15 783,10 points, le S&P 500 de 0,07 % à 1771,89 points et le Nasdaq, 0,01 % à 3919,79 points.

Parmi les valeurs françaises, Axa a pris 2,79 % à 18,63 euros soutenu par l'annonce de son entrée sur le marché colombien grâce à l'achat de 51% de Colpatria Seguros pour 259 millions d'euros.

Air France-KLM a reculé de 0,29 % à 7,24 euros après les déclarations ce week-end du ministre italien des Transports, Maurizio Lupi, affirmant que la compagnie Alitalia aura la possibilité de trouver un autre partenaire international, en cas d'échec des tractations avec Air France.

Vallourec s'est fortement repris après sa glissade de la semaine dernière. Le titre a progressé de 1,99 % à 43,01 euros.

Eurazeo a pris 1,44 % à 57,03 euros. Sa filiale Moncler, marque phare des doudounes qui s'apprête à entrer en Bourse, a cédé sa division sportswear au fonds britannique Emerisque.

Groupe Steria s'est adjugé 5,15 % à 15,11 euros, continuant à bénéficier de l'effet positif généré par le contrat de plus d'un milliard de livres signé avec le gouvernement britannique début novembre.

Numéricable a cédé 3,51 % à 27,50 euros sur des prises de bénéfices après son envolée de 14,92 % à 28,50 euros pour son entrée en Bourse.

Enfin, Eiffage s'est adjugé 0,67 % à 44,16 euros après la publication vendredi d'un chiffre d'affaires en hausse de 4,8% au troisième trimestre et confirmé ses prévisions pour l'année.

L'Euro s'est repris à 1,3406$. L'or baisse à 1 282,86 $ l'once alors que le WTI, échéance décembre 2013, progresse à 95,02 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.