Les marchés refroidis par plusieurs déclarations sur la Grèce

La Bourse de Paris a terminé en hausse de 0,74% à 4.971,37 points dans un volume d'échanges nourri de 4,7 milliards d'euros, passant de l'espoir à la méfiance quant à un prochain accord entre la Grèce et ses créanciers après des déclarations contradictoires sur le sujet.

Les marchés refroidis par plusieurs déclarations sur la Grèce

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 0,60% et Londres 0,24%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 0,72%.

Depuis deux jours, le marché estimait qu'un accord était proche avec plusieurs déclarations laissant penser que la tonalité était plus positive. Mais hier les commentaires du FMI ont tranché clairement avec l'espoir qu'il y avait jusqu'à présent.

En effet, le porte-parole du FMI, a indiqué qu'il y avait toujours des différences importantes entre la Grèce et ses créanciers et qu'un accord était encore loin.

Par ailleurs, également durant la séance d’hier, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a évoqué des divergences qui restent à combler avec ses créanciers, après un entretien de deux heures avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Bruxelles.

Ces deux déclarations ont remis en question l’optimisme des investisseurs. Eux qui, depuis mercredi, avaient chaussé leurs lunettes roses. Au point de saluer les déclarations, pourtant prudentes, formulées hier en tout début d’après-midi, par le président de l’Eurogroupe.

Depuis Tallinn, en Estonie, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem a fait savoir qu’un accord avec Athènes était « pratiquement et techniquement » possible d’ici à la réunion du 18 juin même s’il ignorait si c’est réalisable « politiquement ».

Coté statistiques, les ventes au détail aux Etats-Unis ont grimpé de 1,1% en mai conformément au consensus après +0,2% en avril (chiffre révisé de 0%).

Toujours outre-Atlantique, les stocks des entreprises américaines ont connu en avril leur plus forte hausse en près d'un an, ce qui pourrait amener les économistes à relever leurs prévisions de croissance pour le deuxième trimestre aux Etats-Unis.

Le département du Commerce a annoncé jeudi que les stocks des entreprises avaient progressé de 0,4%, le rythme le plus soutenu depuis mai 2014, après une hausse de 0,1% en mars.

La clôture à Wall Street s’est terminée dans le vert, le Dow Jones a pris 0,22%, le Nasdaq 0,11% et l'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,17% à 2.108,86 points.

Parmi les valeurs, l'action Alstom a fortement reculé (-3,23% à 26,40 euros) après des informations de presse selon lesquelles "la Commission Européenne devrait annoncer demain que l'offre de GE sur la branche Energie du groupe pose des problèmes de concurrence", comme l'a rapporté Aurel BGC.

Les valeurs bancaires ont pesé sur la cote en perdant beaucoup d'élan en fin de séance en raison des craintes sur la Grèce. BNP Paribas a pris 0,83% à 56,02 euros et Société Générale 1,02% à 43,43 euros mais Crédit Agricole a perdu 0,15% à 13,47 euros.

PSA Peugeot Citroën a pris 2,58% à 18,72 euros, grâce à des informations de Bloomberg évoquant un possible intérêt de Fiat pour un rachat du constructeur automobile français.

LVMH (+2,45% à 165,50 euros) a profité d'un relèvement de recommandation à "surpondérer" contre "neutre" auparavant par les analystes de JPMorgan.

Groupe Partouche a bondi (+4,44% à 1,88 euro) après avoir poursuivi sa croissance au deuxième trimestre de son exercice décalé, confirmant un retournement de tendance en raison notamment d'une hausse de la fréquentation de ses établissements.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.