Le CAC 40 résiste grâce aux télécoms

La Bourse de Paris a clôturé en quasi équilibre lundi dans une séance qui a fait preuve de nervosité avec les craintes suscitées par la crise ukrainienne.

L'indice CAC 40 a grignoté 0,10 % à 4 370,84 points, dans un volume d'échanges de 3,3 milliards d'euros. Le DAX a reculé de 0,91 % à 9 265,50 points et le FTSE 100, 0,35 % à 6 689,45 points.

Après avoir ouvert en très légère baisse, la bourse de Paris s’est inscrite en nette progression en matinée avant d’entreprendre un mouvement de repli à mi-séance et de repasser en zone rouge avec l’ouverture en repli de Wall Street.

La situation en Ukraine a finalement continué de peser sur les marchés alors qu’en matinée, les investisseurs semblaient avoir fait fi des derniers développements de la situation. Même si les marchés gardent un calme relatif, la tentative de rattachement à marche forcée de la Crimée à la Russie, reste le point d’achoppement des négociations en russes et occidentaux et devrait continuer de peser sur les investisseurs dans les jours qui viennent.

En début de matinée, les investisseurs s’étaient contentés de noter le déficit commercial surprise chinois en février et la croissance de 1,5 % de l’économie japonaise. De même, le léger repli de la production industrielle française alors que ses consœurs espagnoles et italiennes progressaient, n’ont pas eu d’influence particulière sur la tendance.

Ce sont les grandes manœuvres qui ont lieu dans le secteur des télécoms qui ont permis à la bourse de Paris de progresser en matinée et de rester en zone positive à la clôture. Bouygues Telecom a annoncé son entrée en négociations exclusives avec Free pour lui vendre son réseau mobile de 15.000 antennes plus des fréquences dont celles de la 4G pour un montant de 1,8 milliard d’euros afin d'amadouer le gendarme des télécoms et lui permettre de finaliser son rachat de SFR.

La Bourse de New York a terminé sur une note négative lundi. Le Dow Jones a abandonné 0,21% à 16 418,68 points, le S&P 500 0,05% à 1 877,17 points et le Nasdaq 0,04%, à 4 334,45 points.

Du côté des valeurs françaises, le secteur des télécoms a été très entouré. Bouygues, maison mère de Bouygues Télécom s’est envolé de 8,66% à 32,99 euros, Iliad de 11,14% à 210 euros, Orange de 4,30% à 10,68 euros alors que Vivendi (SFR) s’effritait de 0,07 % à 20,30 euros et que Numéricable perdait 12,39% à 24,90 euros.

Eurazeo a progressé de 6,58% à 61,43 euros après qu’Exane BNP Paribas eut relevé sa recommandation sur le groupe de « neutre » à « surperformance » et revu à la hausse son objectif de cours à 71 euros.

JCDecaux a perdu 3,08% à 30,49 euros. Le groupe a finalisé le rachat de 85% du groupe Eumex, qui lui permet de devenir numéro 1 de la communication extérieure en Amérique latine.

Quantel a bondi de 6,10% à 4,35 euros après avoir annoncé être revenu à l'équilibre financier en 2013.

Enfin, Imerys a grignoté 0,17% à 64,87 euros. Le groupe a renoncé à l’acquisition de l’américain Amcol après les surenchères de son concurrent Minerals Technologies.

L’Euro a fini stable à 1,3879 Dollar. L’or a rebondi à 1 339,88 dollars l’once et le WTI, échéance avril 2014, s’est replié à 100,94 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.