Les marchés affectés par le référendum grec

La Bourse de Paris a clôturé en nette baisse hier de 2,01% à 4.711,54 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,6 milliards d'euros.

Les marchés affectés par le référendum grec

La cote parisienne a été plombée par le non au référendum en Grèce, tout en cherchant à limiter son repli au cours d'une séance marquée par la volatilité.

Parmi les autres marchés européens, Londres a abandonné 0,76% et Francfort 1,52%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a perdu 2,22%.

Les Grecs se sont prononcés contre les exigences des créanciers, en votant à 61,31% en faveur du non, créant une grande inconnue quant à une éventuelle reprise des négociations.

Une réunion entre le président français François Hollande et Angela Merkel devait avoir lieu hier soir à Paris avant une réunion des ministres des Finances de la zone euro cette après-midi (Eurogroupe) et un sommet européen sur l'avenir financier de la Grèce ce soir.

Le Premier ministre Alexis Tsipras s'est mis d'accord avec la chancelière allemande Angela Merkel lors d'un entretien téléphonique hier après-midi sur le principe qu'Athènes présentera des propositions lors du sommet européen mardi à Bruxelles.

Par ailleurs, la BCE a maintenu son plafond de liquidités d'urgence (ELA) au système bancaire grec mais cela est insuffisant pour permettre la réouverture des agences bancaires et lever l'encadrement des retraits aux guichets automatiques.

Par ailleurs, sur le plan international, Wall Street continue de surveiller l’actualité en Chine, où les autorités ont annoncé au cours du week-end des mesures solides pour enrayer la déroute des marchés, qui ont chuté de 30% depuis trois semaines.

Les Bourses de Shanghai et de Shenzen ont réagi de façon contrastée lundi, la première rebondissant de quelque 2,5% et la seconde baissant de près de 3%.

Aux Etats-Unis, Wall Street a légèrement baissé hier: le Dow Jones a cédé 0,26% à 17.683,58 points, le Nasdaq a perdu 0,34% à 4.991,94 points et le S&P 500 a abandonné 0,39% à 2.068,76 points.

Parmi les valeurs, le secteur bancaire a été lourdement sanctionné, à l'image de BNP Paribas (-4,24% à 51,97 euros), Crédit Agricole (-2,77% à 13 euros) et Société Générale (-3,78% à 40,40 euros).

De même, le secteur industriel a été sous pression. ArcelorMittal a perdu 3,17% à 8,43 euros et Saint-Gobain 2,03% à 39,74 euros.

En revanche, certaines valeurs défensives ont un peu mieux résisté à l'image de Pernod Ricard (+0,07% à 103,25 euros).

Bouygues a lâché 2,92% à 31,97 euros. Le PDG de l'opérateur Bouygues Telecom, Olivier Roussat, a estimé que le rejet de l'offre d'Altice sur la filiale télécom était un signe de la "confiance" de la maison-mère dans "une entreprise qui a de la croissance devant elle".

Enfin, JCDecaux a lâché 1,22% à 37,65 euros alors que le courtier Exane-BNP Paribas a abaissé sa recommandation sur la valeur à "neutre", contre "surperformer" auparavant.

Sur le marché des changes, l'euro reculait hier face au dollar. Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), l'euro valait 1,1067 dollar, contre 1,1109 dollar vendredi vers la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.