Le CAC affiche sa prudence avant l’emploi américain

La Bourse de Paris s'affichait en repli vendredi matin, avant le rapport sur l'emploi américain cet après-midi et après l'annonce de l’organisation d'un référendum en Crimée.

A mi-séance, l'indice CAC 40 cédait 0,24 % à 4 406,55 points, le DAX 0,84 % et le Footsie, 0,25 % à6 771,85 points.

Les investisseurs affichaient une certaine prudence ce matin alors que la tension en Ukraine est remontée d’un cran et que seront publiés cet après-midi aux Etats-Unis, les toujours très attendus chiffres de l’emploi américain.

Le parlement local de Crimée, dominé par les pro-russes a annoncé la tenue d’un référendum le 16 mars en vue d’un rattachement de la péninsule à la Russie ce que les occidentaux ont immédiatement dénoncé par l’entremise de John Kerry qui a réaffirmé que la Crimée est une partie intégrante de l’Ukraine. Dans la foulée, européens et américains ont commencé à appliquer les premières sanctions à l’encontre de responsables russes et ukrainiens en autorisant le gel de certains avoirs et en établissant des restrictions sur la délivrance de visas.

Mais le point fort de la journée sera constitué par la publication des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis. Pour certains observateurs, un bon chiffre permettrait à Wall Street de poursuivre son ascension, voire au S&P 500, l’indice le plus suivi par les investisseurs, d’atteindre un nouveau sommet après avoir déjà battu son record hier. Toutefois, le consensus ne table que sur 149 000 créations d'emplois en février à cause de l’hiver rigoureux qui frappe les Etats-Unis. Dans cette perspective, des chiffres inférieurs ne provoqueraient pas une correction importante du marché. Le taux de chômage américain est lui attendu à 6,6%, juste au-dessus du seuil théoriquement fixé par la Banque centrale américaine pour envisager un relèvement de ses taux.

Toujours aux Etats-Unis, les investisseurs jetteront un coup d’œil à la balance commerciale, aux salaires du secteur privé non agricole ainsi qu’aux crédits à la consommation. Après la clôture des marchés européens, ils seront aussi attentifs aux propos de William Dudley, membre du FOMC de la Reserve fédérale.

Du côté européen, les investisseurs ont pris note ce matin de la progression de la production industrielle en Allemagne de 0,8 %, légèrement supérieure à la prévision de 0,7 %, notamment grâce à un hiver clément qui a favorisé l’activité du BTP.

Parmi les valeurs françaises, Air France-KLM s’envolait de 5,64 % à 10,52 euros après avoir vu son trafic augmenter de 2,9% en février grâce à son réseau long-courrier.

Bongrain perdait 2,85%, après la publication de résultats en demi-teinte. Le fabricant de spécialités fromagères a vu son bénéfice net reculer de 23,1% à 48,9 millions d'euros l'an dernier notamment à cause de la hausse du prix du lait.

Ciments Français s'envolait de 12,28 % % à 77,82 euros après l'annonce de l'italien Italcementi de son offre d'achat simplifiée sur les parts qu'il ne détient pas encore pour 78 euros par titre.

Mersen progressait de nouveau après son envolée de la veille, profitant du relèvement de sa recommandation par Société Générale, à « acheter » contre « neutre » auparavant. Le titre prenait 3,88 % à 24,92 euros.

Orpéa prenait 3,93 % à 46,145 euros après l’acquisition de Senevita, un exploitant de maisons de retraite en Suisse.

L’Euro poursuivait son rebond à 1,3902 Dollar. L’or reculait quelque peu à 1 349,51 dollars l’once et le Brent, échéance avril 2014, à 108,20 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.