Le CAC prend quelques bénéfices à deux jours de la BCE

La Bourse de Paris a clôturé en recul mardi, sur des prises de bénéfices avant la réunion très attendue de la Banque Centrale Européenne et les chiffres sur l'emploi américain en fin de semaine.

L'indice CAC 40 a perdu 0,82 % à 4 253,34 points, dans un volume d'échange faible de 2,9 milliards d'euros, le DAX 0,31 % à 9 009,11 points et le Footsie, 0,25 % à 6746, 84 points.

Après une ouverture en très légère hausse, le CAC 40 s'est inscrit immédiatement en repli avant de rebondir légèrement en fin de journée dans la foulée de Wall Street.

Au plus haut depuis 5 ans et avant la réunion de la Banque Centrale Européenne, les investisseurs ont préféré prendre quelques bénéfices hier s'alignant sur les prévisions des analystes qui affirment depuis plusieurs jours qu'il ne faut pas attendre de quelconques stimuli hors un discours plus accommodant de la part de la BCE lors de sa prochaine réunion. Malgré une inflation au plus bas et un climat économique morose qu'est venu confirmer le dernier avis de la Commission européenne, Mario Draghi devrait attendre le mois décembre et une éventuelle dégradation de l'environnement économique en zone euro, pour agir.

Du côté des indicateurs macro-économiques, la Commission Européenne a annoncé que la reprise économique dans la zone euro en 2014 serait plus faible que prévu au printemps dernier, en raison de la faiblesse de la demande privée comme de l'investissement.

Outre-Atlantique, l'activité dans le secteur des services a augmenté plus que prévu en octobre aux Etats-Unis, progressant pour le quatrième mois consécutif aidant ainsi Wall Street à se reprendre dans l'après-midi.

Toutefois, malgré des velléités haussières, les investisseurs sont restés sur leur réserve avant les chiffres du chômage jeudi et surtout vendredi qui devraient déterminer le calendrier à venir de la politique monétaire de la FED. Le Dow Jones a légèrement reculé de 0,13 % à 15 639,12 points, le S&P 500 de 0,28 % à 1 762, 97 points alors que le NASDAQ a pris 0,08 %à 3 939,66 points.

Parmi les valeurs françaises, Orange a perdu 3,94 % à 9,75 % après l'annonce la veille d'une offre internet à prix réduit par B&You, la gamme low-cost de Bouygues Telecom.

Dans la foulée, l'action Bouygues a reculé de 2,99 % à 28,24 euros et Iliad, de 1,56% à 166,8 euros.

Le secteur bancaire s'est également fortement replié. Société Générale a abandonné 2,60 % à 40,35 euros, BNP Paribas 1,39% à 53,23 euros et Crédit Agricole 0,49% à 8,75 euros.

Renault s'est affaissé de 2,22 % à 59,85 euros suite au plongeon de 10 % de l'action Nissan à la bourse de Tokyo après que le constructeur eut réduit ses prévisions annuelles.

Lafarge prenait 0,30 % à 53,50 euros, malgré les propos de son concurrent Holcim qui a estimé qu'il ne réaliserait pas en 2013 les mêmes ventes que l'an passé.

Gameloft a perdu 2,07 % à 7,58 euros malgré un chiffre d'affaires en hausse de 11% au troisième trimestre. Toutefois, l'éditeur de jeux vidéo a revu en baisse ses objectifs 2013 en raison de la vigueur de l'euro.

Groupe Partouche a bondi de 6,02 % à 0,88 euro après la réalisation de plusieurs cessions d'actifs pour un total d'environ 26 millions d'euros.

Enfin, VM Matériaux a chuté de 4,16 % à 27,65 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires de 6,7 % au troisième trimestre.

L'Euro s'est replié à 1,3474 $, le cours de l'or à 1311, 18 $ l'once alors que le WTI, échéance décembre 2013, a abandonné 1,31 % à 93.39 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.