Le CAC 40 reste hésitant avant la BCE

La Bourse de Paris a légèrement progressé lundi, dans une séance hésitante, avant la réunion de la Banque centrale européenne jeudi et les déclarations de plusieurs membres de la Fed cette semaine dont son président Ben Bernanke, vendredi.

L'indice CAC 40 a pris 0,36 % à 4 288,59 points, dans un volume d'échanges très faible de 2 milliards d'euros, le DAX 0,33 % à 9037,23 points et le FTSE, 0,43 % à 6763,62 points.

Le marché parisien a évolué en zone positive tout au long de la journée dans un range d'une vingtaine de points tout près des 4.300 points et soutenu dans l'après-midi par la bonne tenue de Wall Street.

Les volumes d'échange sont restés anémiques, les investisseurs se montrant rétissant à prendre des risques alors que Mario Dragui, président de la Banque Centrale Européenne doit intervenir jeudi dans une contexte économique européen morose. Avec la faiblesse de l'inflation en Europe au plus bas en octobre depuis fin 2009, la Bce pourrait être tentée de réduire son taux principal afin de donner stimuler la croissance économique.

Toutefois, le consensus des analystes, estime que Mario Draghi agira en direction d'une politique monétaire plus accommodante plutôt en décembre si la conjoncture, d'ici là, devait poursuivre son affaiblissement.

Sur le plan macro-économique, d'une part, l'Indice des Directeurs d'Achat (PMI) du secteur manufacturier de la zone euro s'est affiché pratiquement inchangé en octobre. La France faisant figure d'exception avec un repli, selon l'indice publié lundi par le cabinet Markit et d'autre part, les immatriculations de voitures neuves en France ont augmenté de 2,6 % en octobre laissant espérer un redémarrage du secteur automobile après des mois de repli.

Outre-atlantique, Wall Street a clôturé en hausse mais avec une certaine réserve, les investisseurs restant prudents avant la publication d'indicateurs pouvant influencer la politique monétaire américaine.

Le Dow Jones a pris 0,15 % à 15 639,12 points, le S&P 500 0, 36 % à 1767,93 points et le Nasdaq, 0,37 % à 3936,59 points.

Parmi les valeurs françaises, Alcatel-Lucent a perdu 3,81% à 2,86 euros, après l'annonce d'une augmentation de capital de 955 millions d'euros qui s'annonce très dilutive pour les actionnaires.

Air France-KLM a reculé de 1,60 % à 7,30 euros. La compagnie a démenti des informations selon lesquelles la compagnie française avait exigé la suppression de 5 000 emplois chez Alitalia avant de participer à toute recapitalisation.

L'action Lafarge a terminé en tête du CAC 40 affichant une hausse de 4, 88 % à 53,34 euros.

Accor s'est replié de 0, 36 % à 32,06 euros après l'annonce de la cession de sa participation de 19,4%, qu'il détenait au sein de la holding australienne Tourism Asset Holding (TAHL).

Le secteur automobile a profité du bon chiffre des ventes de voitures neuves pour le mois d'octobre. Faurecia a pris de 5,98 % à 22,58 euros, Burelle 0,42 % de 580, 42 euros, Michelin 0,93 % de 77,31 euros et Peugeot, de 0,99 % à 10,09 euros.

Renault perdait 0,13 % à 61,21 euros après la dégradation de sa note par UBS « d'achat » à « neutre ».

Enfin, Gameloft a reculé de 2,76 % à 7,74 euros malgré un chiffre d'affaires record au troisième trimestre porté notamment par le succès de ses jeux sur le marché des smartphones et tablettes.

L'Euro a légèrement progressé à 1,3515 $. L'or est resté pratiquement inchangé à 1 314,75 $ et le WTI, échéance décembre 2013, à 94,52 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.