La BCE en ligne de mire

La Bourse de Paris s'est nettement relancée en terminant en progression de 0,99%, au lendemain d'un repli marqué et dans l'attente d'une réunion de la Banque centrale européenne (BCE).

Temporisation avant une fin de semaine chargée

Le marché parisien a hésité une grande partie de la séance, avant d'accélérer un peu la cadence en fin de marché, pour revenir au-dessus des 4.900 points.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 0,98% et Londres 0,44%. Par ailleurs, l'Eurostoxx a pris 0,97%.

Les marchés ont progressé, malgré la faiblesse de Wall Street et des indicateurs américains contrastés, mais globalement conformes aux attentes.

Les créations d'emplois ont ralenti dans le secteur privé en février, contrairement aux attentes, mais le chiffre de janvier a été révisé à la hausse. L'activité dans les services a quant à elle augmenté en février, selon l'indice ISM.

De leur côté, les indicateurs européens de la matinée ont été de bonne facture.

La croissance de l'activité économique a accéléré en février dans la zone euro, avec un indice PMI au plus haut depuis sept mois, porté notamment par la France.

La fin de semaine s'annonce chargée pour les marchés, qui se préparent, en dehors de la BCE, aux toujours très suivis chiffres mensuels de l'emploi américain vendredi.

Wall Street a baissé hier, continuant à se replier après les seuils historiques atteints deux séances plus tôt et avant une fin de semaine chargée sur le plan économique: le Dow Jones a perdu 0,58% à  18.096,90 points, le Nasdaq 0,26%  à 4.967,14 points. L'indice S&P 500, a quant à lui cédé 0,44%, à 2.098,53 points.

Parmi les valeurs, Areva a perdu 1,25% à 9,30 euros, après l'officialisation d'une perte record de 4,8 milliards d'euros pour 2014 et à l'annonce d'un plan d'économies de 1 milliard d'euros à horizon 2017.

EDF a souffert (-2,79% à 23,66 euros), alors que le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a déclaré dans le Figaro que la "refonte" du partenariat entre le groupe d'énergie et Areva pourrait aller "jusqu'à un rapprochement, y compris capitalistique".

Le secteur automobile s'est bien comporté, à l'image de Renault (+2,23% à 84,94 euros) et PSA Peugeot Citroën (+3,97% à 15,18 euros). Pour leur part, Faurecia a pris 1,76% à 40,72 euros et Valeo 2,19% à 132,70 euros, soutenus par Goldman Sachs.

Les valeurs bancaires ont été recherchées à la veille de la réunion de la BCE. BNP Paribas a gagné 1,98% à 51,92 euros, l'action Crédit Agricole 1,59% à 12,79 euros et Société Générale 1,12% à 41,01 euros.

Stallergenes a chuté (-7,06% à 54,00 euros) après l'annonce d'un projet de fusion avec la société américaine Greer Laboratories et un bénéfice net 2014 en hausse de 7,3% à 43,3 millions d'euros.

Genfit a bondi (+7,18% à 63,44 euros), l'agence Bloomberg indiquant que la société biopharmaceutique cherche à se vendre.

Devoteam s'est envolé (+16,04% à 20,55 euros) sous l'effet d'un bénéfice net en forte progression (+40%).

Sur le forex, l'euro a baissé, souffrant des incertitudes avant la réunion de politique monétaire de la BCE tandis que le dollar bénéficiait de bons chiffres économiques.

Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1080 dollar, contre 1,1178 dollar mardi vers 22H00 GMT.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.