Le CAC s’envole après Draghi et le chômage américain

La Bourse de Paris a nettement progressé jeudi, soutenue par le discours du président de la Banque centrale européenne et un rapport mensuel sur l'emploi américain meilleur que prévu.

Le CAC s’envole après Draghi et le chômage américain

L'indice CAC 40 a gagné 1,02 % à 4 489,88 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,3 milliards d'euros, le DAX 1,19 % à 10 0239,43 points et le FTSE 100, 0,72 % à 6 865,21 points.

Les deux événements majeurs attendus dans la journée d’hier ont largement profité à la place parisienne. La BCE a maintenu le cap concernant sa politique monétaire accommodante et le rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis s’est affiché meilleur qu’attendu.

La BCE a laissé son principal taux directeur à 0,15% inchangé, à son niveau historique le plus bas, auquel il avait été porté le mois dernier afin de soutenir la croissance et de circonscrire tout départ de déflation en zone euro. Pour Mario Draghi, l’inflation encore de 0,5 % au mois de juin, devrait remonter à près de 2 % d’ici à fin 2016 et la reprise devrait être très graduelle au second trimestre. Dans ce contexte, le président de la banque centrale européenne a réaffirmé que les taux d’intérêt devraient rester bas sur une période importante.

Les investisseurs ont aussi pris connaissance d'un rapport mensuel sur l'emploi américain meilleur que prévu après le rapport ADP de la veille qui a fait état d’une nette hausse des créations d’emplois aux Etats-Unis en juin à 281 000 postes contre 200 000 attendus. Le taux de chômage aux Etats-Unis s’est replié à 6,1 % en juin son plus bas niveau depuis près de six ans, alors que les analystes avaient tablé sur une stagnation à 6,3% et les créations d'emplois ont nettement progressé, selon le département du Travail.

Ce qui aurait été accueilli il y a encore quelques semaines comme une mauvaise nouvelle pour Wall Street, ces chiffres pouvant pousser la FED à relever ses taux d'intérêts, a été salué avec circonspection par les investisseurs qui, selon de nombreux analystes, accepteraient de plus en plus que l’économie réelle prenne le relais de la FED et que les marchés soient sevrés de la, encore, politique accommodante de la banque centrale.

Dans ce contexte, les autres indicateurs du jour, de part et d’autre de l’Atlantique n’ont pas eu d’influence sur la tendance. En zone euro, selon l’indice PMI, la croissance de l'activité privée a légèrement ralenti en juin pour le deuxième mois consécutif, notamment en Allemagne et, les ventes de détail sont restées stables en mai par rapport à avril. Outre-Atlantique, selon l’indice ISM, l'activité dans les services a ralenti en juin, contrairement aux attentes du consensus.

Poussé par les bons chiffes de l’emploi, Wall Street a clôturé en nette hausse une séance écourtée à la veille du long week-end d'Independence Day. Le Dow Jones et le S&P 500 ont tout deux établi un nouveau record.

Le Dow Jones Industrial Average a pris 0,54 % à 17 068,26 points, et le S&P 500 0,55 % à 1 985,44 points. Le Nasdaq a gagné 0,63% à 4 485,93 points.

Parmi les valeurs françaises, le secteur bancaire a été très entouré. L'action Société Générale s’est adjugé 2,43% à 40,18 euros, Crédit Agricole 1,37% à 10,70 euros et BNP Paribas, 0,47% à 51,25 euros.

Le secteur des télécoms a rebondi après une séance difficile la veille, Bouygues a progressé de 1,88% à 30,31 euros, Iliad de 1,43% à 219,7 euros et Orange, de 1,41% à 11,54 euros.

Ingenico s’est envolé de 9,67% à 71,59 euros, après l'annonce de son entrée en négociations exclusives avec GlobalCollect en vue de son rachat.

JCDecaux a pris 2% à 28,1 euros après le renouvellement pour 15 ans de son contrat portant sur les abris et les espaces publicitaires des bus et tramways de Cologne (Allemagne).

Sodexo a gagné 1,03% à 79,4 euros, après le relèvement de sa recommandation à « neutre » contre « sous-performer » par la banque Barclays.

Enfin, Viadeo a rebondi de 3,52% à 14,7 euros, après une chute de près de 17% la veille pour son entrée en bourse.

L’Euro a reculé à 1,3610 dollar, l’or à 1 319,53 dollars l’once et le WTI, échéance août 2014, à 104,01 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.