Le CAC repart à la hausse grâce aux PMI et à Janet Yellen

La Bourse de Paris s’affichait en forte hausse mardi matin soutenue par les propos de Janet Yellen hier et des indicateurs plutôt encourageants ce matin.

A mi-séance, l'indice CAC 40 progressait de 0,69 % à 4 421,59 points, le DAX de 0,45 % à 9 599,22 points et le FTSE 100, 0,35 % à 6 621,34 points.

Janet Yellen a rassuré les marchés hier lors d’une conférence à Chicago en éloignant les perspectives d’un resserrement monétaire aux Etats-Unis. La patronne de la Fed a indiqué que le soutien accommodant de la banque centrale à l'économie était « encore nécessaire » et le serait encore « pendant un certain temps », l'activité économique étant « encore très loin des deux objectifs de la Fed », l'emploi maximal et des prix stables.

La publication d’un certain nombre d’indicateurs en zone euro et en France a aussi influencé positivement le moral des investisseurs.

En zone euro, le cabinet Markit a confirmé la croissance du secteur manufacturier en mars pour le neuvième mois consécutif, affichant au passage sa plus forte période de croissance depuis le début de l’année 2011. Le taux de chômage est resté sous la barre des 12 % dans l’union monétaire européenne avec notamment un taux stable mais un recul du nombre de chômeurs supérieur au consensus en Allemagne, locomotive de la zone euro. En valeur absolue, le chômage a diminué en février : la zone euro comptait 18,96 millions de chômeurs, soit 35.000 de moins qu'en janvier, selon les chiffres communiqués par Eurostat, et 166.000 de moins par rapport à février 2013, il y a tout juste un an.

En France, le secteur manufacturier a retrouvé la croissance en mars, grâce à une hausse des nouvelles commandes qui lui a permis de s’afficher à 52,1 contre 49,7 en février et de franchit la barre des 50 qui sépare les périodes d'expansion des périodes de récession. Toujours en France, les ventes de voitures neuves en France ont réalisé un bond de 8,9% au mois de mars.

Enfin, les marchés continuaient de parier sur un geste de soutien à l’économie de la BCE lors de sa réunion de jeudi.

Outre-Atlantique, les investisseurs regarderont plus particulièrement les dépenses de construction en février et l'indice ISM d'activité dans l'industrie en mars.

Parmi les valeurs françaises, Alstom s’envolait de 7,85 % à 21,375 euros après l’annonce de la cession de ses activités de fabrication d'échangeurs de chaleur en Allemagne au fonds allemand Triton Partners pour environ 730 millions d'euros.

Le secteur automobile était aussi très entouré après l’annonce d’une hausse des ventes de voitures neuves de 8,9% en mars. Peugeot qui a vu ses ventes augmenter de 15,1% prenait 1,72% à 13,93 euros et Renault, qui a vu les siennes progresser de 20,6%, s’adjugeait 2% à 71,95 euros.

Sur le secteur des télécoms, le feuilleton autour du rachat de l'opérateur télécoms SFR continuait à alimenter la cote parisienne avec ses rebondissements.

L'action Bouygues prenait 1,50% à 30,73 euros. Bouygues Telecom a annoncé qu'il avait prolongé la durée de la validité de son offre sur SFR, du 8 avril jusqu'au 25 avril.

Dans la foulée, Vivendi(SFR) restait quasi stable à 20,32 euros, Numericable s’adjugeait 1,58% à 28,98 euros alors qu’Iliad (FREE) perdait 1,31% à 206,55 euros.

LVMH progressait de 1,44% à 133,85 euros après que Deutsche Bank eut relevé sa recommandation à « acheter » contre « neutre » auparavant.

Enfin, Teleperformance bénéficiait du relèvement de la sienne à « acheter » contre « accumuler » par le courtier Gilbert Dupont pour prendre 2,20% à 43,01 euros.

L’Euro progressait à 1,3798 dollar. L’or restait quasi stable à 1 284,61 dollars l’once alors que le Brent, échéance mai 2014, reculait à 107,55 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.