La théorie des vagues d’Elliott

La théorie des vagues d’Elliott est une méthode clé pour réaliser des prévisions de marché. Elle se base sur une série de règles et de théories complémentaires et constitue un outil essentiel pour les analystes techniques.

Chart
Source: Bloomberg

La théorie des vagues d’Elliott a été établie dans les années 20 et les années 30 par l’analyste de marché Ralph Nelson Elliott. Il croyait en l’existence d’une structure des marchés plus commune que la forme chaotique décrite par la plupart des autres analystes de cette époque. Son étude sur les cycles et les vagues reste l’une des méthodes les plus populaires utilisées par les analystes techniques pour étudier les marchés financiers, en dépit des différentes opinions partagées sur l’efficacité de ses techniques.

Les cycles et les vagues

La nature psychologique du trading peut souvent créer des vagues plutôt que des lignes droites. Ce sont ces vagues qui sont au centre de la théorie d’Elliott. L’influence des travaux de Charles Dow est déterminante dans les études effectuées par Elliott. En effet, selon la théorie de Dow les marchés évoluent généralement selon des tendances. Il s’appuie également sur des cycles, qui constituent la nature répétitive des modèles. Selon cette théorie, les vagues sont les formes principales observées au sein des marchés. Leur nature fractale prouve que les mêmes modèles peuvent être observés sur des graphiques à court terme et à long terme. Elliott remarque que les mêmes modèles finissent toujours par se répéter, il en conclut donc qu’il pourrait utiliser ces modèles comme un outil pour prévoir les futures variations de cours.

Les vagues d’Elliott

Elliot constate qu’il existe généralement une vague d’impulsion qui évolue avec la tendance, suivie par une vague corrective qui évolue contre la tendance. Il distingue qu’en général, une vague d'impulsion est constituée de cinq vagues, suivie par une phase corrective constituée de trois vagues. La capacité d’identifier les cinq premières vagues comme un seul mouvement impulsif souligne la nature fractale du modèle, dans la mesure où il est amené à se répéter sur une période plus courte ou plus longue.

La théorie

Selon Elliott, chaque action est suivie d’une réaction. Par conséquent, pour chaque mouvement d’impulsion, il y aura une correction.

Les cinq premières vagues d’un mouvement impulsif suivent la direction de la tendance principale. Les trois vagues suivantes correspondent aux vagues correctives. Au total, nous aurons distingué un mouvement ascendant d’impulsion constitué de cinq vagues, suivi d’un mouvement de correction constitué de trois vagues (un mouvement de 5-3). Les vagues du mouvement impulsif sont libellées de 1 à 5 alors que les vagues du mouvement correctif sont libellées A, B et C.

Une fois que le mouvement de 5-3 est achevé, le cycle élémentaire est complété.

Cependant, ces deux mouvements (5 et 3) peuvent alors faire partie d’une autre vague 5-3 sur une plus grande échelle.

Elliott Wave

Si on isole les mouvements, le premier mouvement d’impulsion inclut 5 vagues : 3 dans la direction de la tendance et 2 dans la direction contraire. Le mouvement de correction quant à lui inclut 3 vagues : 2 contre la tendance et 1 dans la direction de la tendance.

Le fait que la vague de correction ait trois jambes peut avoir des répercussions sur la manière dont les zones basses et les sommets sont utilisés pour la perception des tendances. Par conséquent, bien que la création de plus hauts et de plus bas plus élevés sont généralement un signe de tendance haussière, la théorie d’Elliott souligne qu’il est souvent possible de distinguer la création de points hauts et de points bas plus bas comme une correction à court terme de cette tendance. Cela n’indique pas forcément une inversion de la tendance, mais accentue plutôt une période de retracement plus forte que les corrections précédentes constatées au sein du mouvement d’impulsion.

Les règles

La vague 2 ne retrace jamais plus de 100% de la vague 1.

Vagues d’Elliott

L’image ci-dessus montre un franchissement sous le point de départ de la vague, ce qui annule l’hypothèse qu’il s'agit de la vague 1.

La vague 3 n’est jamais la plus courte des 3 vagues d’impulsion.

Vagues d'Elliott

L’image ci-dessus montre un cas où la troisième vague est trop courte, il est donc impossible que ce compte soit correct. Par conséquent, les vagues successives font toujours partie de la troisième vague et ne forment pas les vagues 4 et 5.

La vague 4 ne descend jamais plus bas que le sommet de la vague 1.

Vagues d'Elliott

Le franchissement sous le sommet de la vague 1 annule clairement la classification de la vague 4, qui reste au sein de la vague 3.

Les cycles

Dans sa théorie, Elliott fait référence à plusieurs catégories qui montrent qu’il est possible de constater les même modèles sur des graphiques à long terme ou à court terme. Les catégories sont les suivantes :

Grand supercycle : plusieurs siècles

Supercycle : plusieurs dizaines d'années (entre 40 et 70 ans)

Cycle : d’une à plusieurs années (voire plusieurs dizaines d'années selon une extension d’Elliott)

Primaire : de plusieurs mois à quelques années

Intermédiaire : de plusieurs semaines à quelques mois

Mineure : plusieurs semaines

Minute : plusieurs jours

Minuette : quelques heures

Sous-minuette : quelques minutes

Les nombres de Fibonacci

L’utilisation de vagues de correction souligne l’étude conjointe potentielle des retracements de Fibonacci. Elliott n'utilisait pas expressément les niveaux de Fibonacci, mais ce sont les investisseurs qui les ont appliqués pour ajouter plus de complexité à la théorie traditionnelle.

Les règles énoncées précédemment signalent quels niveaux de retracements de Fibonacci pourraient être utilisés aux différents points de la tendance. Selon la règle trois, un investisseur devrait rechercher une quatrième vague assez courte, avec des niveaux situés entre 23,6% et 50%. On peut également rechercher les mouvements A, B et C entre 50% et 61,8% de retracement du mouvement d’impulsion 1-5 dans son intégralité.

Conclusion

Pour de nombreux investisseurs partout dans le monde, la théorie d’Elliott permet de donner une structure aux marchés. Mais puisqu’elle change à chaque fois qu’une règle est brisée il peut être difficile de l’utiliser pour placer des ordres. La théorie ajoute cependant une grande clarté à l’identification des tendances sur les marchés. Chaque investisseur peut choisir le niveau de complexité qu’il souhaite ajouter aux règles originales d’Elliott. Pour beaucoup, il s'agit d’une méthode qui reste au centre de leurs stratégies de marché.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.