Les résultats du 2ème trimestre face aux tensions commerciales

Les résultats du 2ème trimestre face aux tensions commerciales

Avec de nouveaux plus hauts sur le Nasdaq 100 et, depuis février, sur le SP500, les investisseurs anticipent un nouveau trimestre solide. La barre est placée assez haut, les résultats du S&P 500 étant attendus en hausse de 20%, avec une hausse de revenus de 8%.

Des attentes élevées entrainent un risque potentiel de baisse en cas de faiblesse, d’autant plus dans le contexte actuel d’incertitude politique.

 Résultats Q2 : à quoi faut-il s’attendre ?

  • L’augmentation des dépenses d’entreprises, le rachat des actions, les dividendes et les fusions et acquisitions n’indiquent aucun signe de ralentissement.
  • Une étude menée par UBS analysant des transcriptions d’entreprises montre que le sentiment des dirigeants est positif et continue d’augmenter au sein de la plupart des secteurs aux États-Unis. Cela suggère que les entreprises devraient rester globalement optimistes.
  • Cependant, les droits de douane et les conditions financières plus strictes pourraient commencer à peser dans les prévisions de certaines entreprises. Cela pourrait causer une certaine volatilité et amplifier les différences de performance déjà perceptibles entre différents secteurs.

Les résultats face aux tensions commerciales

Alors que le premier trimestrea été spectaculaire (croissance des résultats de 24%, avec une croissance des revenus de 8%), les marchés ont dû faire face à certaines difficultés tout au long de la saison des résultats, liées principalement à la hausse des taux d’intérêt et aux inquiétudes commerciales.

Les tensions commerciales se sont intensifiées, Trump étant plus déterminé que jamais, mais les marchés US ont réussi malgré tout à atteindre de nouveaux plus hauts. Il semblerait que les investisseurs se concentrent à nouveau sur les fondamentaux. Les solides résultats d’entreprises devraient dépasser les incertitudes politiques, tout du moins jusqu’à ce que la saison des résultats n’arrive à son terme.

Cependant, les inquiétudes commerciales pourraient refaire surface dès la fin du mois d’août, lorsque les États-Unis annonceront s’ils souhaitent imposer des droits de douane supplémentaires de 10% sur 200 milliards de dollars de produits chinois. Trump s’est avéré plus sérieux que la plupart ne le pensait, et sa cote de popularité grandissante pourrait l’encourager à appliquer cette taxe. La Chine riposterait alors, menant à une nouvelle escalade des tensions. De plus, il n’est pas impossible que Trump décide d’appliquer des droits de douane sur 500 milliards de dollars, comme il l’a déjà évoqué. À ce stade-là, il sera difficile de l’ignorer.

Graphiquement, le S&P 500 (journalier) a dépassé la résistance située à 2795, affichant des plus hauts depuis février.  Alors que le dépassement n’a pas été complètement validé et que le momentum reste relativement lent, un Q2 solide pourrait apporter l’énergie nécessaire pour un retour sur le plus haut de janvier à 2872, et potentiellement encore plus haut.

Le Nasdaq 100 a atteint un plus haut historique et continue de surpasser l’ensemble du marché, agissant comme une valeur refuge dans un contexte de guerre commerciale et de hausse des taux d’intérêt. L’indice pourrait ensuite rejoindre les 7600, puis trouver des supports à 7310 et tout particulièrement à 7150.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.