La Chine et les États-Unis en discussion : les marchés rebondissent

Un marché dominé par les émotions

Selon le Wall Street Journal, les deux premières puissances mondiales travaillent à un éventuel accord qui donnerait aux entreprises américaines un meilleur accès au marché chinois. Selon le Financial Times, Pékin propose d’acheter plus de semi-conducteurs américains afin de réduire son excédent commercial avec les États-Unis. Plus tôt, Steven Mnuchin le secrétaire américain au Trésor, s’est déclaré « prudemment optimiste » sur la probabilité d’un accord entre les deux pays.

Pour Chris Beauchamp, chef analyste marché chez IG à Londres, « la décision des États-Unis d’exempter ses principaux alliés de nouveaux tarifs douaniers montre que la Maison-Blanche n’est pas aussi dogmatique que le laisse penser sa rhétorique, ce qui devrait donner une certaine marge de manœuvre aux négociateurs. Cependant, au vu de la mauvaise réaction des actions la semaine dernière, un échec des négociations risque de provoquer un nouveau courant vendeur fort ».

Le Dow a enfoncé en clôture le plus bas de février alors que le SP500 en était tout proche. Le ratio Put/Call a atteint des niveaux d’extrême pessimisme, ce qui est considéré comme un indicateur contrarien et suggère un potentiel rebond à court terme sur les indices. Les prochaines résistances sur le SP500 sont visibles à 2650 puis 2695, tandis que l’indice trouvera du support à 2580 (bas de février en clôture) , puis 2530 (bas de l’année en intraday).

Le DAX pourrait poursuivre son rebond au-dessus de 12000 en cas de reprise aux US.

 

Support : 11908 (daily pivot), 11800, 11700

Résistance : 12000, 12100, 12180

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.