Bilan du mois de août 2017

Bilan du mois de août 2017

Du côté des indices boursiers internationaux

Cette période estivale se termine en territoire négatif pour plus de la moitié des grands indices boursiers internationaux.

En Europe, le DAX 30 (-0.5%) a une fois de plus cédé quelques points, tout comme le Stoxx 600 (-0.8%). Le BEL 20 (-1.4%) et l’Euro Stoxx 50 (-0.8%) se sont aussi retournés à la baisse. Le CAC 40, indice phare de la Bourse de Paris, poursuit lentement sa dynamique baissière (-0.2%), bien qu’une légère reprise technique ait eu lieu cette semaine.

En Asie, le Hong Kong Hang Seng (+2.4%) et le Shanghai Shenzhen (+2.3%) poursuivent leur ascension.

Outre-Atlantique, le Nasdaq Composite (+1.3%) et le S&P 500 (+0.1%) finissent dans le vert, bien qu’au ralenti pour l’indice phare des 500 plus grosse capitalisations boursières US.

Finalement au Royaume-Uni, le FTSE 100 (+0.8%) enregistre la même progression qu’au mois précédent.

Bilan du mois de août 2017

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Le secteur des services à la collectivité, d’ordinaire discret, a connu la plus forte performance de tous les secteurs ce mois-ci (+3.9%). Veolia Environnement (+3.4%) et Engie (+3.1%) se sont repris. Le secteur des ressources de base a poursuivi sa hausse, mais plus modérée en cette fin de période estivale (+3.1% contre +8.1% le mois précédent).

Cette période estivale ne se termine pas très bien pour la plupart des autres des secteurs européens. Le secteur des assurances (-3.1%), des banques (-3.6%), des télécoms (-3.1%) se sont clairement retournés à la baisse courant août : avec AXA (-2.3%), BNP Paribas (-2.5%), Société Générale (-5.2%) et Nokia (-3.7%). Le secteur Media s’est effondré (-3.6%), avec le secteur Distribution qui a été entraîné par Carrefour (-16.6%).

Bilan du mois de août 2017

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux Etats-Unis, l’indice PMI manufacturier est resté inchangé à 56.3 comme prévu par les analystes. Le secteur des services est attendu en hausse à 56.9 par le consensus contre 53.9 actuellement. Il sera publié le mercredi 6 septembre à 15h45.

Bilan du mois de août 2017

Sur le marché de l’emploi, le taux de chômage a progressé s’établissant à 4.4% contre 4.3% attendus par les analystes. Concernant le marché du travail, 156 000 emplois non agricoles ont été créés ce mois-ci aux Etats-Unis, contre 189 000 au mois de juillet. C’est 24 000 emplois de moins que ce qui était prévu par le consensus

Bilan du mois de août 2017

En zone euro, la confiance des directeurs d’achats s’est dans l’ensemble stabilisée. Si le PMI manufacturier est revenu à 57.4 points, son niveau le plus haut de fin juin, les PMI des services et composite se sont légèrement repliés pour le deuxième mois consécutif. Ces changements restent de faible ampleur, ils n’ont pas inquiété les investisseurs.

Bilan du mois de août 2017

Pour le mois de août, l’indice du sentiment économique a progressé pour s’établir à 111,9 points. L’indice de confiance du consommateur a peu varié à -1,5 points. Il reste en territoire négatif.

Bilan du mois de août 2017

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne s’est encore appréciée face au dollar (+0.37% à 1,191$), bien que dans de moindres proportions. La livre sterling a chuté encore (-2.24% à 1,293$), dans la confusion des négociations sur le Brexit. Le franc suisse s’est apprécié (+0.62% à 1,043$) alors que le yen est resté stable (+0.08%).

Du côté des matières premières, les cours du pétrole West Texas Intermediate ont perdu -6.74% à 47.23$ alors que ceux du Brent ont à peine chuté de -0.30% à 52.86$. L’écart entre les deux qualités de pétrole a parfois été plus important, mais ce sont des phénomènes assez rares. Les matières premières agricoles ont lourdement chuté, le blé est en net repli (-12.36%), le maïs chute de -6.95%. L’or progresse à nouveau (+4.01%).

Conclusion

Le mois d’août aura été très similaire au mois de juillet. Alors que les indices européens poursuivaient leur lent recul, les indices américains ont poursuivi leur lente hausse. Ce sont surtout les indices émergents qui ont bien tiré leur épingle du jeu, capitalisant sur la baisse du Dollar des derniers mois.

Les données économiques se sont reprises légèrement aux Etats-Unis, mais elles restent en retrait des niveaux atteints au premier trimestre. La dynamique de confiance en Europe est bonne, mais la croissance pourra-telle poursuivre sur sa lancée si les Etats-Unis n’accélèrent pas ?

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.