Bilan du DAX en 2016

2016 a été une année de hauts et de bas pour le DAX.

bg_frankfurt_financial_district_1530939
Francfort

Finalement, l’indice de référence allemand s’est toutefois montré conciliant avec les investisseurs et a clôturé l’année avec une performance annuelle de presque 7,5%. Avec ce pourcentage, le DAX a dépassé sa moyenne depuis le début du nouveau millénaire, qui est d’environ 6%. Chacun des quatre trimestres a été dominé par un thème spécifique. 

 

1er trimestre : les inquiétudes pour la Chine

Au premier trimestre, les inquiétudes s’orientaient principalement vers le ralentissement économique de la Chine. Sous le poids des peurs que la Chine pourrait perdre son élan de force motrice de l'économie mondiale, le DAX a atteint son plus bas de l'année à 8 700 points. Seules les mesures prises par le gouvernement chinois ont été en mesure de dissiper les inquiétudes. Le DAX a ainsi remonté la pente jusqu’à mi-avril.

2ème trimestre : le référendum sur l’UE en Grande-Bretagne

Le thème central du deuxième trimestre a été le référendum du Brexit en Grande-Bretagne. Bien que la plupart des prévisionnistes s‘attendaient à un ‘Non‘ et au maintien du statu quo, le marché a été très volatil les jours précédants cet événement. Lorsque le résultat surprenant de la sortie de l'UE s’est confirmé, le DAX a subi sa plus grande perte quotidienne de l'année. Au lendemain de la décision, l'indice a chuté de 10 350 points à moins de 9 200 points.

3ème trimestre : dans l’attente de Yellen

Étonnamment, le Dax s’est remis de ce choc relativement rapidement. Début août, l’indice de référence allemand était revenu au niveau qu’il possédait avant le référendum. Toutefois, la réunion de la banque centrale américaine de septembre était attendue avec impatience. La décision de la dirigeante de la Fed, Janet Yellen, d‘augmenter les taux d’intérêt en décembre 2015, avait alimenté les attentes d’une nouvelle augmentation des taux. Cependant, à l’approche des élections américaines, la Fed a fait attendre les acteurs du marché jusqu’à la fin de l’année. Le DAX avait réagi à ces évolutions en consolidant une tendance latérale étroite située entre 10 200 et 10 800 points.

4ème trimestre : Trump et Mario Draghi

Après l’échec des sondages sur le Brexit, ceux-ci ont également échoué sur les élections américaines. Contre toute attente, Trump a remporté l'élection, et la réaction du marché a été sans équivoque. Alors qu‘au lendemain de l'élection, les bourses tremblaient dans toute l'Europe, les indices américains s‘envolaient vers de nouveaux sommets. Cette réaction peut être expliquée par l'attente ou l'espoir que Trump mettrait en œuvre les réformes fiscales et les grands projets d'infrastructure annoncés. Cependant, l'élan du DAX vers le haut n'a ​​eu lieu qu‘après l’action de Mario Draghi. Dès qu'il est devenu clair que la BCE poursuivrait l’assouplissement de sa politique monétaire, le DAX a été en mesure de briser sa résistance à 10 800 points avec une forte croissance, avant d’effectuer une consolidation aux alentours de 11 450 points pendant la période des fêtes.

Conclusion : 2016 a été une année tout à fait passionnante en terme de marchés. La performance du DAX d‘environ 7,5% à la clôture de l'année a réussi à apaiser les investisseurs. 2017 promet aussi d'être une année pleine de surprises. Avec Trump, la mise en œuvre du Brexit et les élections en France et en Allemagne, nous allons voir beaucoup de nouvelles opportunités de trading. Par conséquent, une gestion efficace des risques et des capitaux continueront d'avoir une importance fondamentale: nos stops garnatis sont conçus spécifiquement pour cela.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.