La Fed compte durcir sa politique monétaire en 2017

Alors que l’augmentation des taux d’un quart de point était prévue, le fait que la Fed prédise au minimum trois nouvelles augmentations pour 2017 est une surprise.

371x224_US_Fed_3

La réaction a été immédiate et s’est fait ressentir sur les rendements obligataires et un dollar US en forte hausse. Les actions ont baissé étant donné que la hausse des rendements n’a pas été accompagnée d’une hausse de l’inflation, ce qui est considéré purement comme un durcissement financier.

La Fed peut-elle s’en tenir à son plan cette fois-ci ?

L’année dernière, lorsque la Fed a augmenté ses taux pour la première fois depuis la crise financière, des hausses supplémentaires étaient très attendues. Mais compte-tenu de la faible inflation et des autres banques centrales majeures restant globalement accommodante, la Fed a constamment repoussé l’échéance. Il y a cependant des distinctions importantes à faire cette fois-ci. Premièrement, nous allons commencer l’année avec un gouvernement tout à fait différent et un nouveau président qui a l’intention de mettre en œuvre un plan de relance budgétaire à grande échelle. Deuxièmement, les prix du pétrole pourraient continuer à être soutenus à la hausse suite à la première réduction organisée depuis 2001 par les pays membres et non-membres de l’OPEP. Troisièmement, le cuivre, le fer et d’autres matières premières industrielles ont inversé une tendance à la baisse durant depuis plusieurs années. Quatrièmement, les salaires américains commencent à augmenter, après plusieurs années sous pression.

Tous ces éléments devraient contribuer à une inflation plus importante qui pourrait être la pièce manquante pour convaincre la Fed de continuer sur le chemin du durcissement. Cela joue en faveur du billet vert qui pourraient continuer à s’apprécier de plus de 10% encore face à l’euro et au franc au cours de l’année prochaine.

Alors qu’un coût plus élevé du capital est initialement considéré comme négatif pour les actions, des rendements en hausse permettraient aux banques d’augmenter leurs activités de prêt, augmentant à leur tour la disponibilité des capitaux. La baisse des coûts du capital au détriment de la disponibilité des capitaux est un problème qu’abordent de plus en plus de banques centrales. La Banque du Japon et la BCE ont toutes les deux récemment mis en place des mesures pour accentuer la courbe des taux ce qui à plus long terme devrait voir un effet positif sur le marché des actions.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.