Les Bourses mondiales commencent la semaine timidement

L’indice phare de la Bourse de Paris a terminé en forte baisse mardi (-2,18% à 4.250,28 points), dans un volume d'échanges moyen de 3,6 milliards d'euros.

Les marchés terminent en baisse, l’Europe sous-performant les Etats-Unis

Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 2,63% et Londres 1,19%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a reculé de 2,43%.

La faiblesse du pétrole alimente les craintes, pesant sur les marchés d'actions et plus particulièrement sur le secteur des matières premières (-3.7%). Les cours du Brut continuent d'effacer les gains du mois de mars et retournent à leur niveau de février. Le cours spot du Brent s'établit ainsi à 35 $ suite à la publication de l'agence internationale de l'énergie qui révèle une chute de la consommation d'essence aux Etats-Unis en janvier, et ce pour la première fois depuis 14 mois. Les cours de l'or noir sont également fortement pénalisés depuis plusieurs jours par les incertitudes entourant la réunion des producteurs de pétrole OPEP+Russie du 17 avril et sur leur capacité à effectivement geler la production.

Concernant les statistiques, les commandes industrielles allemandes ont fondu de 1,2% en février du fait d'une baisse de la demande en provenance de l'étranger, selon un chiffre provisoire publié mardi.

Peu après cette publication, la patronne du Fonds monétaire international (FMI) a assombri le tableau en affirmant que la reprise économique mondiale restait "trop lente" et "trop fragile" face aux risques croissants liés au ralentissement chinois et à la morosité des pays développés.

Aux Etats-Unis, le déficit commercial s'est creusé en février pour le troisième mois de suite tandis que l'activité dans les services a augmenté plus que prévu en mars, selon l'indice ISM.

Dans ces conditions, Wall Street a baissé hier, poursuivant un début de semaine sans entrain, le Dow Jones a perdu 0,75%, le Nasdaq Composite a abandonné 0,98% et l'indice S&P 500 a reculé de 1,01%, à 2.045,17 points.

Sur le front des valeurs, Peugeot a enregistré la plus forte baisse du CAC 40, perdant 6,51% à 13,72 euros, les investisseurs accueillant froidement le nouveau plan stratégique du constructeur qui vise une croissance de son chiffre d'affaires de 10% d'ici 2018.

ArcelorMittal a reculé de 5,93% à 3,98 euros, tiré mécaniquement vers le bas par la finalisation de son augmentation de capital de 3 milliards de dollars. De façon générale, les valeurs cycliques, les plus sensibles à la conjoncture, ont reflué nettement, à l'instar de Renault (-4,89% à 81,82 euros) ou Schneider Electric (-3,41% à 52,36 euros).

Le secteur des télécoms est resté mal orienté, mais dans des proportions plus mesurées que la veille après l'annonce de l'échec des négociations en vue du rapprochement entre les opérateurs Orange (-2,35% à 14,11 euros) et Bouygues (-3,93% à 29,22 euros). Iliad a perdu 2,11% à 186,00 euros et SFR 1,20% à 29,54 euros.

Gemalto a décroché de 5,25% à 60,13 euros, pénalisé par l'annonce du départ surprise de son dirigeant historique Olivier Piou.

AccorHotels a cédé 1,36% à 36,40 euros dans la foulée de l'annonce de l'achat pour 148 millions d'euros du site britannique spécialisé dans la location de résidences de luxe Onefinestay.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.