Les marchés terminent en territoire positif grâce à la solidité de l’emploi aux USA

La Bourse de Paris recule de 0,58% à 4955,06 points dans un volume de 1,1 milliard d’euros.

Les marchés marquent une pause avant la réunion de l’Eurogroupe

Après une semaine en territoire positif, l’indice parisien se repli pénalisé par la chute de Sanofi, une des plus fortes capitalisations boursières.

Ailleurs en Europe, le Dax (-0,21%), le Footsie Londonien (+0,11%) et l’Eurostoxx 50 (-0,18%) se stabilisent.

Du point de vue macroéconomique, les chiffres de l’emploi américain publiés vendredi renforcent le scénario d’une hausse des taux pour le mois de décembre. Largement supérieurs aux attentes du consensus, ils témoignent de la vigueur de l’économie américaine et incite Janet Yellen à procéder à un tour de vis à la fin de l’année.

Sur le vieux continent, l’Eurogroupe, réunion des ministres des Finances de la zone euro, ont entamé les négociations dès aujourd’hui sur les réformes qui doivent être établies en Grèce afin de respecter les échéances des créanciers. Les investisseurs surveilleront cette réunion avec attention alors que certaines divergences sur les mesures à adopter restent de mise.

Par ailleurs, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié ses prévisions ce matin. L’institution revoit la croissance mondiale à la baisse à 2,9% pour 2015 en raison du ralentissement économique des pays émergents. Ceci étant, l’activité devrait se renforcer progressivement lors des deux prochaines années.

Du côté des statistiques, l’indice Sentix de confiance des investisseurs de novembre dans la zone euro est ressorti à 15,1 contre 12,4 attendu.

Du côté des valeurs, Sanofi (-2,38% à 84,83€) continue de chuter après que le nouveau Directeur général Olivier Brandicourt ait annoncé un nouveau plan stratégique, mal reçu par les investisseurs.

Vivendi publie ses résultats demain soir, en attendant le titre se stabilise (-0,11%) à 21,78 euros.

Coface (+3,80% à 8,71 euros) bénéficie d’un relèvement de recommandation de « neutre » à « surpondérer » par JPMorgan.

Enfin, l'action Renault recule de 2,73% à 90,44 euros après que le Premier ministre Manuel Valls ait déclaré que l’Etat ne souhaitait pas une fusion Renault-Nissan.

Sur le marché des devises, la parité eurodollar progresse de 0,37% à 1,0779$. L’euro reprend du terrain face à un dollar renforcé par les chiffres de l’emploi américain.

 

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.