L’inflation perdue

Inflation depuis 2008
Inflation depuis 2008

BNS, BCE, FED… ont toutes un objectif commun : maintenir la stabilité des prix dans leur zones respectives. Le taux d’inflation cible est habituellement placé sous les 2%. En effet, une inflation modérée encourage la consommation, car s’ils reportaient leurs achats, cela leur reviendrait plus cher. Une plus forte demande des consommateurs augmente les investissements des entreprises et ainsi c’est le système tout entier qui continue de tourner.

Depuis la crise des subprimes aux Etats-Unis, les banques centrales ont perdu de vue l’inflation. En dépit de faibles niveaux de taux d’intérêt et d’injections massives de liquidités dans l’économie via les programmes de quantitative easing, les banques centrales ne sont pas arrivées à atteindre leurs taux cibles.

La principale cause est la baisse du prix de l’énergie. La baisse de l’activité économique dans bien des pays émergents, particulièrement en Chine, a secoué le secteur entier. Avant la crise des subprimes, le crude oil traitait, à son plus haut, à près de 147 USD, alors qu’il se situe aujourd’hui à près de 45 USD. La baisse s’explique en partie par l’augmentation de l’offre due au pétrole de schiste américain et à la stabilité de l’offre de l’OPEP, qui veut conserver ses parts de marché inchangées. Ce qui est inquiétant est que le prix du pétrole constitue un indicateur de la robustesse de la croissance mondiale.

Même si l’inflation hors nourriture et hors énergie est bien plus élevée, la possibilité d’une hausse des taux de la FED est intimement liée aux développements du taux d’inflation global, exactement comme la Banque d’Angleterre l’a reconfirmé. La BCE est également concernée par ceci et a déjà indiqué qu’elle pourrait potentiellement étendre son QE. La BNS ne pourra pas non plus éviter de nouvelles mesures.

L’inflation augmentera une fois que les prix de l’énergie augmenteront, ce qui dépend de la situation économique globale. Pour le moment, la situation est bancale. De mauvaises mesures au mauvais moment auront un impact majeur sur les économies mondiales. C’est pourquoi les banques centrales choisissent la méthode sûre : inonder le marché de liquidités en fermant les yeux.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.