Stabilisation après la chute de mardi

L’indice phare de la Bourse de Paris (CAC 40) a clôturé la séance une nouvelle fois en nette baisse (-1,93% à 4.347,24 points) dans un volume d'échanges élevé de 5,3 milliards d'euros.

La baisse l'emporte sur les marchés

Le marché qui a ouvert à l'équilibre a par la suite perdu du terrain, ne cessant de dégringoler tout au long de la séance fragilisée notamment par le scandale qui secoue le secteur automobile.

Ailleurs en Europe, le Footsie britannique a abandonné 1,17% et le Dax allemand 1,92%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a cédé 1,97% et le FTSEurofirst 300 2,15%.

Après avoir été soutenu dans la matinée par l'indice Ifo du moral des entrepreneurs allemands, qui a progressé et qui est ressorti au-dessus des attentes, le marché s'est "retourné" sous l'effet d'informations de presse mettant en cause le constructeur BMW dans le sillage de Volkswagen.

Aux Etats-Unis, Wall Street a légèrement baissé, réduisant ses pertes en séance grâce au discours de Janet Yellen: le Dow Jones a cédé 0,48% à 16.201,32 points, le Nasdaq a perdu 0,38% à 4.734,48 points et l'indice S&P 500 a reculé de 0,34% à 1.932,24 points.

En effet, Janet Yellen, présidente de la FED a remis sur la table hier la perspective d'une hausse des taux d'intérêt avant la fin de l'année, une semaine après un statu quo monétaire qui avait prolongé une incertitude peu appréciée par les marchés.

Sur le terrain des valeurs, le secteur automobile a continué de vivre au rythme des secousses autour de Volkswagen, qui a toutefois rebondi à la clôture à Francfort (+0,58%), et désormais de BMW (-5,15%), qui ont effacé le rebond des constructeurs français à l'ouverture.

Renault a perdu 1,80% à 63,83 euros et Peugeot 3,67% à 13,01 euros. Montupet (-8,61% à 52,25 euros), Faurecia (-3,47% à 27,25 euros) et Valeo (-1,67% à 112,00 euros) n'ont pas été épargnés.

Sur le marché des changes, le dollar gagnait du terrain vendredi face aux principales devises dans les premières heures de la matinée à Tokyo, bénéficiant de propos de la présidente de la Fed.

Vers 00H30 GMT, l'euro valait 1,1171 dollar, contre 1,1230 dollar avant le discours de la dirigeante de la Fed.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.