Les opérateurs ne cédent pas à la panique après la FED

L’indice phare de la Bourse de Paris (CAC 40) a clôturé quasiment au plus  bas de la séance en très net repli de (3,42% à 4.428,51 points) hier, dans un volume d'échanges fourni de 4,7 milliards d'euros.

Volkswagen fait plonger le secteur automobile

Après avoir ouvert à l'équilibre, le marché parisien n'a cessé de perdre du terrain tout au long de la séance, les opérateurs se laissant gagner par les incertitudes et les inquiétudes du secteur automobile.

Les constructeurs et leurs sous-traitants ont pesé lourdement sur les indices Actions internationaux, après l'avertissement lancé par le constructeur allemand Volkswagen sur les premières conséquences financières de sa tricherie aux normes anti-pollution dévoilée aux Etats-Unis.

Etant donné qu’il s’agit d’un industriel majeur et que les marchés sont très nerveux depuis quelques semaines, il n'en faut pas beaucoup plus pour que l'idée d'un ralentissement économique ne se répande.

De même, Wall Street a fortement baissé mardi, le Dow Jones a perdu 1,09% à 16.330,47 points, le Nasdaq a abandonné 1,50% à 4.756,72 points et l'indice S&P 500 a reculé de 1,23% à 1.942,74 points.

Cette nuit a été publiée en Chine l'activité manufacturière qui s’est de nouveau lourdement repliée septembre, selon les statistiques de Markit. Elle est tombée à son plus bas niveau depuis six ans et demi, confirmant l'essoufflement persistant de la croissance de la deuxième économie mondiale.

Hier, sur le terrain des valeurs européennes, les constructeurs automobiles ont été très affectés par le scandale Volkswagen. Renault a chuté de 7,12% à 66,55 euros et Peugeot de 8,76% à 13,86 euros.

Dans leur sillage, Faurecia a lâché 8,27% à 27,57 euros, Valeo 4,64% à 112,00 euros et Michelin 3,59% à 80,12 euros.

Société Générale a reculé de 4,01% à 39,38 euros alors que la banque prévoit la suppression d'environ 420 postes, sans départs contraints, dans le cadre de son plan annoncé en août visant à réaliser 850 millions d'euros d'économies d'ici à fin 2017. Sa recommandation a également été abaissée à "neutre" contre "surpondérer" par JPMorgan.

BNP Paribas a cédé quant à elle 3,39% à 51,87 euros et Crédit Agricole 3,24% à 10,74 euros.

Les énergéticiens ont également pesé à l'image d'EDF (-4,28% à 16,20 euros).

Sur le forex,  l’euro prolongeait son reflux face au dollar, le marché estimant que le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi se montrerait probablement accommodant dans un discours prévu aujourd’hui.

Vers 23H00 à Paris, la monnaie unique européenne valait 1,1132 dollar contre 1,1195 dollar lundi à la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.