La Chine bouscule les investisseurs

La Bourse de Paris abandonne 2,27% à 4983,13 points dans un volume de 1978 millions d’euros.

La Chine fait chuter les indices européens

L’indice parisien continue de reculer après la forte baisse enregistrée hier. Il est maintenant descendu en dessous du seuil important des 5000 points. La Chine a procédé à une nouvelle dévaluation du yuan aujourd’hui, provoquant ainsi le repli des sociétés qui lui sont exposées, à l’image du secteur du luxe et de l’automobile.

Ailleurs en Europe, le Dax recule de 2,26%, le Footsie londonien baisse de 1,27% et l’Euro Stoxx 50 cède 2,44%.

Du point de vue macroéconomique, la banque centrale chinoise a réitéré sa dévaluation du yuan en l’abaissant de 1,6% ce matin à la surprise générale, après l’avoir dévalué de 1,9% la veille.

Cette action visant à accroitre la libéralisation du marché des changes, est perçue par les analystes comme une mesure ayant pour objectif principal d’aider ses exportations qui étaient en net recul. La Chine avait pourtant affirmé que la dévaluation de la veille n’allait plus se reproduire.

De ce fait, les intervenants sont aujourd’hui inquiets d’une possible guerre des devises et d’un ralentissement marqué d’un poumon de l’économie mondiale. Par ailleurs, la majorité table maintenant sur une remontée plus tardive des taux de la Fed, notamment à cause du risque de déflation importée auquel l’économie américaine serait confrontée.

Du côté de la Grèce, le texte de l’accord a été déposé à la Vouli dans la nuit de mardi à mercredi. Il devra par la suite être aussi accepté par les parlements de la zone euro avant d’être mis en place.

Du côté des statistiques, la production industrielle de la zone euro a été publiée. Elle a baissé de 0,4% en juin.

Par ailleurs, au Royaume-Uni, le taux de chômage s’est maintenu à 5,6%.

Outre-Atlantique, aucun chiffre important n’est attendu. Cependant, William Dudley, président de la réserve fédérale de New York, va tenir une conférence à 14h30.

Du côté des valeurs, Goldman Sachs a retiré l’Oréal de sa liste de valeurs préférées mais maintient sa recommandation à « achat ». Le titre perd 3,28% à 167,95€.

Le secteur du luxe est mis à mal par la dévaluation du yuan à l’image de LVMH (-3,06% à 159,80€) et Kering (-1,71% à 169,90€).

Autre secteur touché, celui de l’automobile comme le reflète la baisse de Valeo (-4,06% à €), Faurecia (-3,79% à 34,39€) et Peugeot (-4,01% à 16,99€).

Finalement, Airbus Group est pénalisé par le rebond de l’euro face au dollar. Ainsi, le titre abandonne 3,33% à 62,14€.

Sur le marché des devises, la parité eurodollar s’est appréciée de 0,96% à 1,1146$. Le dollar a cédé du terrain affaibli par la dévaluation de la monnaie chinoise.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.