Craintes de ralentissement de l'activité US

La Bourse de Paris a clôturé pour la deuxième fois consécutive en repli de 0,29% à 5006,35 points, dans un volume d'échanges très étoffé de 5,3 milliards d'euros.

Les marchés évitent une correction plus prononcée

Le CAC 40 a ouvert sous les 5.000 points et a subi une forte pression vendeuse dans la matinée. Il a toutefois nettement limité la casse en fin de séance, alors que Wall Street repassait en territoire positif.

Ailleurs en Europe, le Footsie cède 1,42 %, l’Eurostoxx 50 perd 0,45 % et Francfort se replie de 0,16 %.

Les marchés actions européens ont accusé leur deuxième séance de baisse consécutive, une première depuis deux semaines. Les Bourses ont été pénalisées par le regain de tension au Yemen, des craintes sur le financement de la Grèce et l'ouverture négative de Wall Street.

Les investisseurs pourraient bien considérer à très court terme que de nombreux éléments favorables pour les actions commencent à être intégrés dans les valorisations boursières actuelles et qu’il est temps de prendre un peu de bénéfice.

Sur le front macroéconomique, les statistiques sont venues des Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage se sont élevées à 282 000 personnes. La hausse est moindre que celle de 291 000 enregistré la semaine dernière. Le consensus des économistes réunis par Reuters était fixé à 290 000.

En outre, l'indice des directeurs d'achat (PMI) Markit Composite, qui mesure l'activité manufacturière et dans les services, est ressorti à 58,5 en mars. Il s'élevait 57,2 en février.

Dans ces conditions, Wall Street a de nouveau perdu du terrain hier, à l'issue d'une séance au cours de laquelle les marchés n'ont pas pu rebondir sur la forte baisse de la veille, faute d’actualité économique majeure: le Dow Jones a perdu 0,23% à 17.678,23 points,  le Nasdaq 0,27% a cédé à 4.863,36 points et l'indice S&P 500 a reculé de 0,24% à 2.056,15 points.

Parmi les valeurs, les titres industriels ont tiré le marché vers le bas, à l'image de Lafarge (-1,07% à 61,97 euros), Saint-Gobain (-0,96% à 40,57 euros), Alcatel-Lucent (-1,87% à 3,46 euros) et ArcelorMittal (-2,56% à 9,20 euros).

Pernod Ricard a gagné 1,27% à 107,90 euros grâce à des informations encourageantes concernant l'évolution du marché chinois, le deuxième marché du groupe. Sur la période cruciale du Nouvel an chinois, les ventes de sa branche cognac, Martell, effectuées par les grossistes aux détaillants, indicateur clé du secteur en Chine, ont progressé de 13% en volume sur la période.

Havas (-4,73% à 6,85 euros) a été pénalisé par la cession de 22,5% de son capital par Bolloré. Le conglomérat, qui reste l'actionnaire majoritaire du groupe de communication avec 60% des titres, avait initialement annoncé la vente de 17% du capital.

Maurel & Prom a fait les frais (-6,25% à 7,03 euros) du plongeon de 79% de son bénéfice net, sous l'effet de la baisse du prix du pétrole et de l'abandon de projets d'exploration.

Coface a terminé en forte hausse (+3,09% à 11,03 euros), grâce à un relèvement de recommandation par Deutsche Bank.

Trigano a décollé (+6,67% à 28,64 euros). Le groupe a publié un chiffre d'affaires en hausse de 17% lors du deuxième trimestre de son exercice décalé 2014-2015.

Enfin, Innate Pharma, lanterne rouge du SBF 120, décroche de 13,85% après avoir annoncé ce matin l'arrêt du traitement dans l'un des bras de son essai de phase II consacré au lirilumab dans le traitement de la leucémie aigüe myéloïde.

Sur le marché des changes, les cambistes ont hier délaissé l'euro pour se réfugier sur les valeurs sûres que représentent le dollar, en raison notamment du regain de tension au Yemen. Vers 21H00 GMT la monnaie unique européenne ne valait plus que 1,0881 dollar, contre 1,0975 dollar mercredi.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.