Les marchés clôturent la semaine sur une note négative, pénalisés par les chiffres sur l'emploi américain

La Bourse de Paris a commencé la semaine sur une note négative en perdant -0,85% à 4.651,08 points dans un volume d'échanges étoffé de 4,3 milliards d'euros, l'absence d'avancée dans les tractations autour de la dette grecque alimentant l'anxiété parmi les investisseurs.

Prudence sur le CAC 40 hier

Le marché parisien a perdu pas mal de terrain dans la matinée, limitant un peu la casse à la mi-journée avant de flancher nettement de nouveau dans l'après-midi.

Même tendance à la consolidation ailleurs en Europe, où le Footsie londonien abandonne 0,24% et le Dax de la Bourse de Francfort dévisse de 1,7% tandis que l’ASE à Athènes chute encore de 4,75%.

Dans une séance dépourvue de statistiques majeures, la prudence a dominé et ce, d'autant que le CAC 40 a mis un terme vendredi à quatre séances de hausse qui lui ont permis d'atteindre le seuil des 4.700 points pour la première fois depuis 2008.

C'est la Grèce qui préoccupe en premier lieu les marchés, car les propos tenus hier et aujourd'hui tranchent avec ceux de la semaine dernière où un compromis semblait pouvoir se dessiner. Mais aujourd'hui les responsables européens semblent assez fermés.

La Grèce devrait être au menu d'une réunion des ministres des Finances du G20 lundi et mardi en Turquie et surtout d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro mercredi.

Mais le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, s'est montré intraitable lundi, déclarant: "si [la Grèce] veut notre aide, il faut un programme" en bonne et due forme, par opposition au financement d'urgence que réclame Athènes.

La Chine a fait également l’actualité, les exportations chinoises ont, contre toute attente, diminué (-3,3%) sur un an en janvier, tandis que ses importations se sont effondrées de presque 20%, alimentant les craintes sur la santé de l’économie mondiale.

Ceci étant, l'Allemagne a exporté en 2014 pour un montant record faisant ressortir un excédent commercial de plus de 200 milliards d’euros.

De son côté, la Banque de France a annoncé que la croissance de l'économie française devrait accélérer à 0,4% au premier trimestre, après 0,1% au quatrième trimestre 2014.

Aux Etats-Unis, Wall Street a baissé hier dans un marché sans grande actualité outre-Atlantique: le Dow Jones a cédé 0,53% à 17.729,21 points, le Nasdaq 0,39% à 4.726,01 points et L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,42% à 2.046,74 points.

Parmi les valeurs, plusieurs recommandations d'analystes ont animé le marché parisien.

BNP Paribas a souffert (-3,12% à 45,70 euros) d'un abaissement de recommandation par JPMorgan, tout comme Biomérieux (-2,00% à 95,50 euros) par Exane-BNP Paribas.

En revanche, Bouygues a résisté (+0,22% à 31,93 euros) grâce à une note de Barclays et Audika (+1,17% à 13,00 euros) a profité du relèvement de sa recommandation par Exane BNP Paribas.

Carrefour a perdu 0,66% à 28,29 euros, alors que deux directeurs généraux délégués ont été nommés par le groupe pour "assister provisoirement" le PDG Georges Plassat "pendant sa période de convalescence suite à une intervention chirurgicale". Le groupe était aidé dans le même temps par un relèvement de recommandation par Exane.

Eiffage (+1,71% à 46,09 euros) et Vinci (+2,18% à 50,48 euros) ont bénéficié des déclarations de François Hollande qui a souhaité samedi un "règlement global et définitif", dans les "prochains jours", du contentieux entre l'Etat et les sociétés d'autoroutes, après la décision gouvernementale de geler les tarifs des péages.

Sur le marché des changes, l'euro a gagné un peu de terrain lundi face à un dollar pénalisé par quelques prises de bénéfices, vers 22H00 GMT (21H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1325 dollar, contre 1,1316 dollar vendredi vers 22H00 GMT.​

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.