Le marché grec influe sur l'aversion pour le risque

La Bourse de Paris a terminé en hausse de 0,44% à 4 631 points dans un volume d'échanges nourri de 4,1 milliards d'euros, la politique généreuse de la BCE permettant de surmonter le fort repli du secteur pétrolier et les incertitudes politiques en Grèce.

La hausse reprend après deux séances de consolidation

Le marché parisien a hésité sur la direction à prendre une grande partie de la séance, avant de repartir de l'avant en fin de journée.

La politique monétaire très généreuse de la Banque Centrale Européenne (BCE) permet dans le même temps au marché de rester vigoureux et à des niveaux assez élevés.

De son côté, le marché grec a relevé la tête après avoir décroché la veille dans la foulée des premières annonces du gouvernement Tsipras, contraires aux préconisations de la troïka des créanciers (UE, BCE, FMI).

Sur le front statistique, la séance a été marquée par l’annonce de la baisse des prix à la consommation en Allemagne en janvier, la première depuis octobre 2009. Ils ont reculé de 0,5%, alors que le consensus tablait sur un repli de seulement 0,2%.

Outre-Atlantique, l’ouverture à Wall Street a été indécise, ceci étant après deux séances de fortes baisses, les indices new-yorkais ont regagné en vigueur au fil des échanges et opté définitivement pour l'optimisme en deuxième partie de séance.

Le Dow Jones a gagné 1,31% à 17 416 points, le Nasdaq 0,98% à 4 683 points et l'indice élargi S&P 500, le plus surveillé par les investisseurs, a grimpé de 0,95% à 2 021 points.

Un nouvel indicateur de bonne facture dans le secteur de l'emploi a contribué au retour dans le vert des indices. Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont chuté bien plus que prévu pour tomber à leur plus bas niveau depuis avril 2000 à 265 000.

De plus, une salve de comptes trimestriels d'entreprises a globalement satisfait les investisseurs, le chimiste Dow Chemical (+4,60% à 45,01 dollars) et le constructeur automobile Ford (+2,70% à 14,85 dollars) ont le mieux tiré leur épingle du jeu, entraînant le marché vers le haut.

En Europe, les valeurs pétrolières ont été pénalisées par la réduction des investissements annoncée par le géant anglo-néerlandais Royal Dutch Shell et la lourde dépréciation d'actifs passée par Vallourec (-3,78% à 18,99 euros), sur fond de baisse du prix du baril.

Total a perdu 1,44% à 44,91 euros, CGG 6,36% à 5,08 euros, Maurel et Prom 1,56% à 6,90 euros et Technip 1,92% à 51,54 euros.

Unibail-Rodamco a gagné 2,97% à 251,35 euros après avoir relevé ses objectifs 2016/2019 au terme d'une année qualifiée d'"exceptionnelle".

Groupe Partouche s'est envolé (+12,40% à 1,45 euro). Le numéro deux français des casinos a redressé ses comptes en 2014 et n'affiche plus qu'une légère perte nette part du groupe, liée à des dépréciations d'actifs.

Enfin sur le marché des changes, l'euro progressait légèrement face au dollar,

vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1327 dollar, contre 1,1287 dollar mercredi à la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.