Le CAC 40 susceptible de reprendre durablement la hausse

La Bourse de Paris accélère après la publication de la nouvelle estimation de la croissance du PIB américain au troisième trimestre, à 5% et supérieure aux attentes.

Le rallye de fin d'année semble bien amorcé

Vers 14h45, le CAC 40 a gagné plus de 1%, à 4 302,34 points, mais dans des volumes anémiques. Toujours pas de président en Grèce, un troisième tour est donc programmé lundi prochain.

C’était le grand rendez-vous de cet après-midi aux Etats-Unis. Et l’un des seuls capables de réveiller les volumes, qui s’annoncent record par leur faiblesse ce mardi. Les nouveaux chiffres de la croissance du PIB américain pour le troisième trimestre viennent tout juste d’être dévoilés.

Le consensus attendait une révision à la hausse à 4,3% en rythme annualisé, après une précédente estimation à 3,9%. La croissance ressort bien au-delà, à 5%. La composante de la consommation personnelle ressort notamment à 3,2%, contre 2,5% estimé et 2,2% en approche précédente.

Publiées au même moment, les commandes de biens durables ont au contraire chuté de 0,7%, contre un bond de 3% anticipé. Aux Etats-Unis, on attend encore, à 16 heures, les dépenses des ménages (+0,5% anticipé), les ventes de logements neufs, pour novembre toujours (460 000 unités visées par le consensus en rythme annualisé) et l’indice de confiance du Michigan de décembre en données définitives (93,5 points attendus, en repli de 0,3 point).

Sur les marchés, la réaction ne s’est pas faite attendre. Vers 14h45, le CAC 40 a grimpé de 1,12% à 4 302,34 points et efface ainsi ses pertes annuelles (clôture à 4 295,95 points fin 2013). Les volumes se concentrent cependant sur moins de 900 millions d’euros, l’un des plus faibles scores de l’année. Pour rappel, c’est la séance du 26 mai qui avait été la moins active cette année, avec 1,5038 milliard échangés en clôture. Verdict ce soir pour un éventuel record. A New York, les contrats futures militent pour une légère poursuite de la hausse des marchés américains (+75 points pour le Dow Jones). Autres réactions, celle de l’euro, passée sous le seuil de 1,22 dollar en anticipation d’un relèvement des taux aux Etats-Unis, une première depuis l’été 2012. Le baril de pétrole repart de l’avant, à 61,14 dollars pour la référence européenne du Brent.

Le vote était prévu pour ce soir, à 18 heures (heure de Paris), mais les Grecs ont pris les opérateurs par surprise. Le Parlement a en effet voté dès la mi-journée pour tenter d’élire un nouveau président. Sans succès, pour la deuxième fois en une semaine. Le candidat de la coalition gouvernementale, l'ancien commissaire européen Stavros Dimas et choix du Premier ministre Antonis Samaras, n’a obtenu que 168 votes sur les 200 nécessaires (deux tiers des 300 sièges). Il avait obtenu 160 voix au premier tour. Un troisième tour aura lieu lundi prochain, avec une majorité des trois cinquièmes requise cette fois (soit 180 voix).

Et si vraiment aucune entente n’était possible, le Parlement grec serait dissout et de nouvelles élections législatives organisées, avec le parti du chantre de l’anti-austérité, Alexis Tsipras, donné gagnant. « Si la Grèce surmonte l'incertitude politique actuelle et reste sur la voie des réformes, sa reprise pourrait connaître un nouvel élan. Mais si la Grèce inverse le cours des réformes, cela pourrait conduire à un gouffre économique » analysaient récemment les analystes de Berenberg.

Plus tôt ce matin, l’Insee a confirmé, à l’occasion de la publication des comptes nationaux détaillés, une hausse de 0,3% du PIB de la France au troisième trimestre, après une contraction de 0,1% au deuxième.

La croissance des dépenses de consommation des ménages a ralenti à 0,3% contre +0,5% au deuxième trimestre, l’investissement s’est contracté de 0,6%, le commerce extérieur a contribué négativement à hauteur de 0,2 point, tandis que la dépense de consommation des administrations a accéléré à 0,6%. La statistique des prix à la production fait par ailleurs état d’un repli de 0,1% en novembre, après une baisse équivalente en octobre (révisée de -0,2%).

En attendant, côté valeurs, toujours très peu d’informations alors que la semaine boursière s’achève demain à 14 heures.

L’agence de notation S&P a dégradé les perspectives de trois grands groupes pétroliers du fait du plongeon des cours du pétrole. Il s’agit de Total (+0,64% à 43,115 euros après des passages dans le rouge) et des géants BP et Royal Dutch Shell côtés à Londres. L'agence a confirmé la note « AA-/A-1+ » du français et les notes « AA/A-1+ » et « A/A-1 » de Shell et BP, respectivement. Les cours de ces valeurs restent essentiellement liés à l’évolution des cours du pétrole. Technip reprend 2,16% à 50,31 euros.

Société Générale (+0,62% à 35,02 euros), l’une des banques européennes les plus exposées aux difficultés russes à travers sa filiale à quasiment 100% Rosbank, devrait repousser de plusieurs années ses objectifs de rentabilité dans le pays, selon le Wall Street Journal. Le quotidien d’affaires précise, avec l’appui de sources proches du dossier, que l’objectif de la banque d’atteindre un rendement des fonds propres de 14% en 2016 (12,7% actuellement) semble difficile à atteindre.

Zodiac Aerospace (+0,58% à 27,86 euros) annonce l’acquisition, pour un montant non communiqué, du groupe américain Enviro Systems, spécialisé dans les systèmes de conditionnement d'air pour les marchés de l'aviation d'affaires et des hélicoptères, un nouveau marché pour l’équipementier aéronautique français.

Sur le plan des recommandations d’analystes, Exane BNP Paribas dégrade Soitec de « surperformance » à « sous-performance », avec un objectif de cours de 90 centimes (-74% par rapport à la précédente cible). Le fabricant de plaques de silicium à destination de l’industrie des semi-conducteurs, diversifié dans le solaire et les LED, dévisse encore de plus de 7%, à 89 centimes, après avoir déjà perdu la moitié de sa valeur hier.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.