Le CAC 40 se reprend après la chute de 7% la semaine dernière

La Bourse de Paris a fortement reculé de 2,52% pour clôturer à 4 005 points, au plus bas depuis le 20 octobre, dans un volume d'échanges nourri de 4,3 milliards d'euros. 

Les marchés poursuivent leur descente aux enfers

L’indice parisien a perdu du terrain pour la sixième séance consécutive, après une tentative de rebond qui a tourné court en raison de craintes entourant la chute des cours du pétrole.

Le marché est affecté à court terme par la rapidité de la baisse du prix du pétrole, qui a un effet déstabilisateur pour le secteur et les pays producteurs.

Les cours du brut, qui avaient chuté vendredi, étaient bien en peine de se reprendre dans un marché toujours sous pression.

Le repli du brut vient fragiliser encore un peu plus un marché déjà plombé par l'incertitude politique en Grèce et après que les indices européens aient connu leur plus forte baisse hebdomadaire en plus de trois ans la semaine dernière.

De son côté, la Bourse de New York a poursuivi son recul, une nouvelle dégringolade des prix du pétrole faisant tourner court une tentative de rebond du marché après sa pire semaine en plus de deux ans : le Dow Jones a lâché 0,58%, le Nasdaq 1,04% et le l'indice élargi S&P 500 s'est replié de 0,63% finissant sous le seuil des 2 000 points pour la première fois depuis fin octobre, à 1 989 points.

Par ailleurs, la Banque de Russie a fait bondir cette nuit son taux directeur à 17%, soit une hausse de six points et demi, alors que le rouble a connu un krach lundi, perdant 10% de sa valeur.

La décision a pour but de limiter la considérable dépréciation du rouble, a indiqué dans un communiqué la Banque Centrale Russe, qui avait déjà relevé d'un point son taux directeur jeudi dernier, à 10,5%.

Parmi les valeurs, Technip a terminé en tête du CAC 40 (+1,00% à 46,69 euros) après avoir renoncé à racheter CGG, qui s'est effondré (-29,28% à 4,88 euros).

Total a tiré le marché vers le bas (-2,85% à 39,37 euros), toujours plombé par le pétrole.

Les valeurs bancaires ont pesé sur le CAC 40. BNP Paribas a perdu 3,62% à 46,45 euros, Crédit Agricole 2,58% à 10,18 euros et Société Générale 2,79% à 34,37 euros.

Plusieurs valeurs industrielles ont reculé comme Renault (-3,23% à 58,04 euros) et Arcelor Mittal (-3,55% à 8,56 euros).

Accor a limité la casse (-0,54% à 35,05 euros). Le groupe va nouer avec son homologue chinois Huazhu un partenariat commercial et capitalistique qui doit permettre au groupe français de monter en puissance en Chine.

Fimalac a bondi (+14,73% à 60,52 euros). La société de portefeuille de Marc Ladreit de Lacharrière a annoncé la cession de 30% de l'agence de notation Fitch Group à l'éditeur américain Hearst, qui détenait déjà 50% du capital.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.