De nouveaux plus hauts historiques sur les marchés américains

Les Bourses européennes ont terminé en net recul, pénalisées par le secteur bancaire après les lourdes amendes infligées à six établissements par différentes autorités dans le monde pour manipulation présumée des taux de change.  

L'Europe dans le rouge et les Etats-Unis à l'équilibre

À Paris, le CAC 40 a fini en recul de 1,51% à 4 179,88 points. Le Footsie britannique a cédé 0,25% et le Dax allemand 1,69%. L'EuroStoxx 50  a quant à lui perdu 1,85%.

L'indice bancaire européen a perdu 2,11% après les amendes de 4,3 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) infligées à six banques, dont UBS, HSBC et Royal Bank of Scotland, dans le cadre de règlements négociés sur des manipulations présumées du marché des changes.

Outre-Atlantique, Wall Street a terminé en ordre dispersé, mettant fin à une série de cinq records d'affilée pour son indice vedette, le Dow Jones a perdu 0,02% à 17 612 points, plombé en partie par les banques, tandis que le Nasdaq a gagné 0,31% à 4 675 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,07% à 2 038 points. Comme le Dow Jones, il avait grimpé mardi de justesse à un nouveau sommet pour la cinquième séance de suite.

Parmi les valeurs, Barclays a pour sa part abandonné 2,17%, la banque britannique ne faisant pas partie du règlement sur les changes car ses tractations se poursuivent avec le régulateur de l'Etat de New York.  

CGG s'envole de +29,2% à 6 99€ (seconde offensive contre les vendeurs à découvert).

Club Méditerranée engrange 1,3% à 23,4€ au lendemain de la surenchère d'Andrea Bonomi, qui a une nouvelle fois contré l'offre d'achat portée par le conglomérat chinois Fosun et propose maintenant 23 euros par action.

Soitec grimpe de son côté de 5,7% à 2,02 euros alors que Bryan Garnier a entamé sa couverture du titre avec une recommandation 'achat' et un objectif de cours de 2,6 euros.

Sur le marché des changes, l'euro reculait légèrement face au dollar en fin d'échanges new-yorkais dans un marché sur la réserve, tandis que la livre sterling était pénalisée par un regain de spéculations sur les intentions de la Banque d'Angleterre.

Vers 22H00 GMT l'euro valait 1,2438 dollar, contre 1,2474 dollar mardi à la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.