Les indices terminent sur une note mitigée malgré le net rebond de la croissance américaine

La Bourse de Paris clôture à 4.246,14 points en fort repli de 1,53%, son plus bas niveau depuis le 14 mars. Le volume de transactions a été particulièrement étoffé, dépassant les 5 milliards d'euros sur l'indice phare.

Décrochage des bourses mondiales

En Europe, le Dax à Francfort cède 1,94 % et termine à 9.407,48 points. A Londres, Footsie perd 0,64 % à 6.730,11 points.

Le marché évolue dans un climat anxiogène, les inquiétudes s'expliquent pour partie par la géopolitique, le « Défaut sélectif » de l'Argentine et les résultats d'entreprises décevants.

Les dirigeants de l'UE ont formellement adopté jeudi les sanctions économiques contre la Russie pour contraindre le président Vladimir Poutine à cesser de soutenir les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.

Outre-Atlantique, l'indice Dow Jones a perdu 317,06 points, soit 1,88%, à 16.563,30, sa plus forte baisse depuis le 3 février, et le Standard & Poor's a lâché 39,40 points ou 2,0% à 1.930,67, un recul inédit depuis le 10 avril. Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a chuté de 93,13 points (2,09%) à 4.369,77, là aussi sa plus forte baisse depuis le 10 avril, et il accuse également un repli, de 0,9%, sur l'ensemble de juillet.

Dans ce marché nerveux, les valeurs cycliques ont ainsi été en première ligne ALCATEL-LUCENT (-6,74% à 2,644 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, les craintes d'un ralentissement à venir de la demande sur son marché clef américain éclipsant la poursuite du redressement au deuxième trimestre.

CARREFOUR a reculé de 4,77% à 25,83 euros malgré la forte progression de son résultat semestriel, le distributeur français pâtissant du défaut de l'Argentine où il est présent.

LEGRAND a lâché 4,65% 41,405 euros après que le groupe a révélé avoir subi un lourd effet de change négatif au premier semestre, période également marquée par l'absence de reprise dans la construction en France.

Crédit Agricole a abandonné 4,26% à 10,12 euros. L'établissement bancaire français a souffert de sa position de deuxième actionnaire de Banco Espirito Santo (BES) avec près de 15% du capital.

BES a chuté de 42,07% après avoir fait état d'une perte semestrielle de 3,6 milliards d'euros. Dans son sillage, l'indice Stoxx du secteur bancaire a lâché 1,95% et SOCIÉTÉ GÉNÉRALE a perdu 2,54% à 37,555 euros.

BNP PARIBAS a limité la baisse de son action (-0,76% à 49,50 euros) après avoir annoncé une très forte perte au deuxième trimestre (4,3 milliards d'euros) due au règlement intervenu fin juin entre la banque et les autorités américaines.

Kering a fini pour sa part en tête du CAC 40 (+5,02% à 159,95 euros) grâce à des perspectives encourageantes malgré une baisse des résultats au premier semestre.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.